Actualites Divers

Evénement : Un salon post-bac pour les lycéens étudiants et parents

Que faire après le baccalauréat.
Bon nombre de jeunes ne trouvent pas la filière qu’il leur faut. Soit, ils ne savent pas la carrière à embrasser, soit ils se laissent influencer par le choix de leurs parents.

Une grande première. La Maison de la communication des Universités (MCU) organisera les 13, 14 et 15 novembre la première édition du Salon de l’étudiant et de l’emploi, soutenu par Telma, à l’Allée du jardin d’Antaninarenina. Il s’agit d’une plateforme réunissant trente-cinq écoles et d’instituts tant publics que privés. Ce salon cible notamment les élèves de la classe de seconde jusqu’en terminale, les étudiants et également les parents. « Les jeunes ont besoin d’orientation car la plupart du temps, des étudiants changent de filière après des années de parcours universitaire parce que les études et le diplômes ne correspondent pas à leur attente. La Banque mondiale révèle dans son sondage que 25% des universitaires abandonnent tous les ans leurs études, justement, à cause de la mauvaise orientation », souligne Symonette Pacaline Fanjanarivo, directeur général de la MCU.

Des bacheliers issus des périphéries ignorent, pour la plupart, le b.a.-ba  des études supérieures. Même en classe de seconde, ils ignorent ce qu’ils vont devenir, ce qu’ils voudront faire plus tard et quel établissement fréquenter. Ils se contentent juste de passer le baccalauréat et réfléchissent sur la mention à opter deux jours avant la rentrée académique. « Deux de mes amis m’ont demandé de les accompagner aux divers salons de l’étudiant pour prospecter les filières qui collent à notre série scientifique », témoigne Fanomezana Rajaonah, nouveau bachelier.

Liaison

Ce salon qui réunit le public et le privé se veut être fédérateur. La MCU joue alors le rôle d’interface entre les établissements supérieurs, les chercheurs, les étudiants ainsi que les opérateurs économiques. L’organisateur répond alors aux besoins de ces cibles en ce qui concerne toutes les informations dont elles auront besoin. Il les collecte et les publient, à l’exemple des résultats de recherche sur les énergies renouvelables qui sortiront incessamment.

Les visiteurs pourront alors profiter de ces trois journées pour découvrir les notions de base concernant les études supérieures, la recherche et l’emploi. « Des conférences classiques se dérouleront tous les après-midis au Tahala Rarihasina durant lesquelles les auditeurs auront l’occasion d’apprendre la manière de composer un curriculum vitae, les comportement au cours d’un entretien d’embauche, la culture entrepreneuriale au lieu de se borner avec l’état d’esprit d’un simple technicien, les témoignages-métiers, des moments de partage d’expériences, de compétences. A mon avis, il faut bien aider les jeunes à aller de l’avant », conforte le directeur général de la MCU.

La capitale jouit de cette première édition mais la MCU entame des tournées régionales pour organiser des salons itinérants au niveau des districts lointains après chaque baccalauréat jusqu’en juin.