Economie

Prix du carburant – Suspendu à la pompe

Le jour de gloire des automobilistes. Baissera, baissera pas ! Le prix du carburant a été au centre des débats. Finalement, il baissera. De combien ? Le suspense ne se dénouera que ce soir à minuit. Depuis le mois de décembre 2018, le gasoil s’achète encore à 3550 ariary, 4200 ariary pour le litre du supercarburant, et 2600 ariary pour le pétrole lampant. Le ministère de l’Energie, de l’eau et des hydrocarbures (MEEH) a reprogrammé la structure tarifaire du carburant dont l’échéance prévue est pour ce début du mois de juin. La marge des compagnies pétrolières dans cette structure de prix a été maintes fois indiquée élevée.

Lourdes taxes
Les pétroliers jugent que tous les paramètres n’ont pas été pris en compte. « Le Groupement des
pétroliers de Madagascar regrette de ne pas avoir eu l’opportunité d’exposer dans le cadre des études menées par un cabinet de la Banque mondiale, les réelles problématiques, le coût de financement élevé, la taille du marché réduite, la dévaluation de la monnaie nationale et les autres coûts n’ont pas été pris en compte. Les paramètres externes au pays et non maîtrisables constituent l’essentiel de cette structure de prix alors que les prix à la pompe n’ont pas été ajustés en conséquence » a déclaré le Groupement.
Afin que le yo yo du prix du baril, la dépréciation de l’ariary et autres coûts engendrés n’impactent pas trop sur le pouvoir d’achat des consommateurs, la politique du lissage des prix a été adoptée en 2017. L’écart du prix à la pompe et le prix réel, qui tient déjà compte des taxes, des coûts de logistique et de distribution, de l’ordre de 684 ariary par litre pour le gasoil, est supporté par les pétroliers. Seulement, cet écart s’est accumulé au fil des temps et l’État met du temps à les payer.Les dettes s’élèvent à quelques 140 milliards d’ariary pour les quatre compagnies pétrolières. Les accords issus des négociations restent inconnus du grand public. Des sources indiscrètes ont fait savoir que ces accords ont tourné entre le non paiement des taxes notamment, et d’allègement d’autres coûts. Les taxes s’élèvent à 1511 ariary par litre pour le supercarburant, 968 ariary pour le gasoil et 20 ariary pour un litre de pétrole lampant.

Hausse ailleurs
« Le pétrole lampant accusera une importante baisse » a fait savoir le ministre de l’Energie, de l’eau et des hydrocarbures, Vonjy Andriamanga. « Ce produit reste le plus consommé, notamment par les consommateurs ruraux » a-t-il ajouté. Le président de la République Andry Rajoelina, par ses décisions, qualifiées de « populistes » pour certains, a également « imposé » une baisse de prix du carburant. En France, le prix du carburant connaît une hausse depuis le mois de janvier de cette année. Le gasoil se vend actuellement à 1.59 euro si 1.38 euro en janvier, soit 21 centimes de plus.
« Une cour sensible aux tensions internationales, le prix du baril qui atteint les 75 dollars si 51 il y a quatre mois ainsi que les conflits internationaux influent sur le prix du carburant en France » indique un site d’information français.

Mirana Ihariliva