Rencontre

Faniry Alban Rakotoarisoa – Mi-sérieux mi-chambreur

De son vrai nom Faniry Alban Rakotoarisoa (Bàba) connu sous le pseudo Gangstabab, il est originaire d’Ambatondrazaka. Marié, père de famille, il est né le 9 décembre 1977, il y a quarante deux ans). Après avoir obtenu le diplôme de technicien supérieur (DTS) en commerce et marketing au sein de l’Institut supérieur de technologie d’Antananarivo, il a intégré en 1999, l’Institut supérieur de la communication, des affaires et du management et a décroché le diplôme d’études professionnelles approfondies, toujours dans la même filière, en 2001. Il a déjà occupé quelques postes dans des activités syndicales, sociales ou citoyennes. Il est notamment membre actif du FI.MPI.MA (Fikambanan’ny Mpikabary Malagasy) jusqu’en juillet 2008 , membre de la JCI (Jeune Chambre Internationale) entre avril 2009 et avril 2012, chef d’orchestre depuis septembre 2013, président fondateur du parti politique Antoko Politika Madio ou APM, depuis septembre 2015. Il travaille en tant qu’agent d’escale dans une compagnie aérienne étrangère, depuis septembre.
Président en fonction du parti APM, Babà voudrait changer la façon de pratiquer la politique à Madagascar. C’est pourquoi il souhaite apporter sa contribution responsable au développement du pays. « Je serai candidat à la course à la mairie d’Antananarivo malgré le fait d’être originaire d’Ambatondrazaka, cela ne devrait pas être un frein pour moi », explique-t-il. Il estime que les jeunes doivent bouger, pour ne plus laisser la place aux dinosaures politiques. Ces derniers ne semblent pas encore prêts à prendre leur retraite politique, et cela constitue l’un des problèmes majeurs du pays. « Nous avions pointé du doigt le régime Hery Vaovao ho an’i Madagasikara (HVM). Par rapport au régime actuel, nous ne sommes pas un parti de l’opposition en gardant notre neutralité, toutefois nous nous positionnons comme étant un contre-pouvoir. Gauche-social-démocrate, telle est l’idéologie de notre parti », lance-t-il.

Ses valeurs
Babà Rakotoarisoa est un homme qui incarne le sens de la débrouillardise. « J’ai le goût du risque, quand je décide de faire une chose, je le fais tout simplement sans poser beaucoup de questions, parfois j’échoue, parfois ça marche, mais c’est ça la vie, perdre fait partie des règles du jeu », affirme-t-il, philosophe. Il faut faire des sacrifices dans la vie car parfois un imprévu survient, d’autant plus que plaire à tout le monde est quelque chose de difficile. « Comme le temps est précieux, il faut savoir le gérer, c’est peut être l’une de mes qualités. J’ai réalisé plein de choses en même temps depuis toujours, en étant artiste, politicien, salarié… Ce n’est pas facile à gérer, cependant je m’en suis sorti, du moins jusqu’à maintenant », termine Babà.

Textes et photos :
Rija Andrian Ravelojaona