Actualites Portrait

Ophelie Randriamanga : Une danseuse fascinante

Chaque vendredi, la rédaction réalise le portrait d’une chanteuse, d’une actrice, d’une femme d’affaires… Aujourd’hui, focus sur une très belle personnalité : Ophélie Mirana Randriamanga, danseuse et coach de zumba. Rencontre.

Parlez-nous un peu de vous.

Je me nomme Ophélie Mirana Randriamanga, ma ville d’origine est Paris car je suis née là-bas. La famille est rentrée à Madagascar quand j’avais 8 ans. Sinon je suis merina, de Manandriana.

Depuis combien de temps pratiquez-vous la danse?

Cela fait quinze ans que je suis danseuse professionnelle.

Racontez-nous votre enfance et vos débuts en tant que danseuse.

J’ai enchaîné les écoles et divers cours de danse. Les premiers cours, quand j’étais petite, étaient axés sur du moderne jazz et de la danse classique. Vers l’adolescence j’ai pris des cours de danse contemporaine auprès de la compagnie Rary, puis des cours de hip hop. J’ai ensuite intégré la compagnie Ry Mialy où j’ai pu pratiquer la danse africaine, et je me suis perfectionnée en moderne jazz. Comme je dansais toujours à la maison quand j’étais petite, ma mère m’a emmenée à des cours de danse en France, à mes 7 ans. Ça fait 11 ans que j’ai travaillé avec Navin et cela correspond avec le fondement du groupe Dihvin.

Dans quel type de danse êtes-vous surtout connue? Et quel genre de danse maitrisez-vous le mieux?

La danse malgache moderne. Sinon je suis assez polyvalente et je suis à l’aise avec le moderne jazz, la danse africaine, le hip hop, la danse contemporaine, orientale, le dance hall.

En dehors de la danse, avez-vous d’autres occupations ?

À part la danse, je suis rédactrice web en freelance depuis plus de quinze ans.

Si vous n’étiez pas danseuse, dans quelle branche aimeriez-vous être ?

Si je n’étais pas danseuse, je serais décoratrice d’intérieur ou hôtesse de l’air.

Qu’aimez-vous le plus dans la danse ?

Exercer sa passion c’est bien, mais la partager c’est mieux. J’ai eu la chance de faire partie de la première promotion d’instructeurs de Zumba à Madagascar, et j’ai découvert une autre forme de danse qui rend les gens heureux. Car quand on est instructeur de zumba, on ne se donne pas en spectacle, on entraîne et on guide les gens. J’aime rendre les gens heureux en leur partageant ma joie quand je danse.

Évoquez pour nous le moment où vous avez connu la danse ?

Je me suis sentie comme un poisson dans l’eau. Jai réussi à vaincre ma timidité (Rire).

Depuis combien de temps êtesvous coach de zumba ?

Cela fait quatorze ans que je donne des cours de danse particuliers à la demande. Sinon, je dispense toujours des cours de zumba où je fais entrer la danse malgache, orientale, le hip hop et toutes les danses que je maitrise.

Avez-vous d’autres passions en dehors de la danse ?

Mes autres passions sont la moto et les loisirs créatifs. Je peins et je dessine des mandalas, je fais de l’art floral, du macramé…

Des projets à long terme ?

J’ai quelques projets top secret (Rire). Tout ce que je peux dire, c’est que la musique sera au cœur de ce projet car il n’y a pas de danse sans musique.