#3

Rétrospectives – Andry Rajoelina attendu pour son disours de fin d’année

Un début de mandat en fanfare pour Andry Rajoelina

Andry Rajoelina et son groupement politique (Ird) confirment leur suprématie sur l’échiquier politique. Leurs victoires lors de la présidentielle, des législatives ainsi qu’aux communales et aux municipales confortent l’assise du régime et tracent un boulevard pour les sénatoriales prévues en 2020…

Pleins pouvoirs. à peine investi à la magistrature suprême, le 19 janvier 2019, Andry Rajoelina s’est lancé dans une bataille électorale pour conforter sa légitimité et son assise politique à Madagascar. L’année 2019 a été marquée par deux élections majeures, en l’occurrence les législatives et récemment les communales et les municipales. Les «oranges» ont investi le Chambre basse, avec 84 députés sur 151, élus à travers le groupement politique de soutien « Isika rehetra miaraka amin’ny prezidà Andry Rajoelina » (Ird). L’appui d’une vingtaine de députés indépendants met aussi en évidence la mainmise du pouvoir législatif à l’avantage de ce régime bicaméral.

Soutien
Quatre vingt cinq formations politiques ont participé aux communales et municipales du 27 novembre 2019. D’après les résultats provisoires annoncés par la Ceni, la coalition du groupement politique de soutien à Andry Rajoelina (Irk) se démarque avec des centaines de candidats en tête de ce scrutin dit plus proche du peuple. Les « oranges » mènent dans pratiquement toutes les grandes villes de la Grande île.

Des résultats qui peuvent déjà déterminer la configuration politique avant l’élection présidentielle de 2023, surtout avec l’accession du candidat du Irk, Naina Andriantsitohaina à la tête de la ville d’Antananarivo.
Une victoire d’un des bras droits du président Andry Rajoelina qui a vu l’échec du parti « Tiako i Madagasikara » et son rival Marc Ravalomanana, battu dans son fief. Même dans la ville d’Antsirabe. Actuellement, la route est toute tracée pour le leader de la révolution orange pour asseoir son autorité politique et aller de l’avant pour réaliser son « velirano ». Jouissant du soutien de cette majorité de maires élus et de celui des députés à l’Assemblée nationale, Andry Rajoelina a toutes les cartes en main pour concrétiser ses projets présidentiels. L’ancien régime, lui, était contraint de courtiser les députés pour avoir gain de cause lors des votes de lois à la Chambre basse.

Anomalies et taux d’abstention considérables
La liste électorale constitue l’un des problèmes majeurs qui a entravé la bonne marche de l’échéance électorale de cette année 2019. L’omission d’électeurs dans la liste électorale a provoqué déceptions et frustrations chez les citoyens depuis l’élection présidentielle de 2018, pendant l’élection législative et dernièrement lors des communales et des municipales. Les deux élections de cette année 2019 ont également été marquées par un fort taux d’abstention. Seulement 30 % des électeurs inscrits sur la liste électorale ont voté aux communales et aux municipales dans tout Madagascar contre 41 % lors des législatives en juillet. Ce qui ramène le taux à plus de 70% pour les élections communales et municipales et fait se poser des questions sur leur légitimité.

Par Juliano Randrianja  

Add Comment

Click here to post a comment