Reportage

La bonne pioche – Un saphir de 45 gr – vaut des millions

Jeannine Raveloarimanga est convaincue que le miracle qui s’est produit dans sa vie n’est que l’oeuvre de l’Eternel

Assurer les besoins fondamentaux de sa famille n’a jamais été chose facile. Et c’est ce qu’a vécu la famille de Jeannine. Son mari a parcouru Madagascar pour essayer de trouver quelques grammes d’or, mais ces efforts n’ont généré que des endettements. Un jour après des séances de prière, il décide d’aller à Didy où il a découvert un bloc de saphir de 45 gr. La petite pierre qui a changé complètement sa vie.

RECAP

Trouver de quoi nourrir et assurer les besoins essentiels de la famille n’a jamais été chose facile. Et tous les moyens sont bons pour cet objectif noble. C’est vrai que tout le monde tirera son pain à la sueur de son front. C’est ce qui s’est passé dans la vie de la famille de Jeannine, qui a travaillé fort pour essayer d’améliorer son quotidien. Auparavant, son mari avait fait le tour de l’île pour essayer de mettre la main sur quelques grammes d’or. Cette activité très physique et qui comporte également un grand risque rapporte peu, juste de quoi couvrir l’essentiel des dépenses mensuelles de la famille. Mais tout compte fait, les efforts déployés n’ont généré que des endettements qui ont poussé la mère de famille à se tourner vers Dieu, le seul espoir qui lui restait pour renverser la situation. Elle n’a cessé de prier pour sortir de cette impasse. Contrainte par leur situation financière, la famille s’est endettée à hauteur de 160 000 000 millions d’ariary afin de financer son activité d’orpaillage. Malgré l’habileté du chef de famille courageux, son exploitation n’a pu réussir à améliorer leur situation financière. Et les dettes n’ont cessé de s’accumuler davantage.

Prière

Ecoutons Jeannine qui nous raconte sa traversée du désert « Comme toute famille normale, nous avons toujours travaillé très dur pour que nos enfants puissent vivre comme tout le monde. Mon mari, qui connaît bien la filière orpaillage, a exercé cette activité durant des années. Mais malgré son expérience en la matière, cette profession n’a pas pu nous sortir de la difficulté dans laquelle nous vivions. Au contraire, les dettes s’accumulaient davantage car nous n’avions pas pu mettre la main sur le gros lot. Nous avons emprunté 160 000 000 ariary pour financer notre exploitation, en pensant que plus nous étendions la surface exploitée, plus nous aurions la chance de réussir, mais les choses se sont passées autrement. Ne trouvant plus de solution, je me suis tournée vers Jésus, le tout puissant qui peut faire des miracles. Et je ne sais pas comment vous dire, le miracle s’est produit. Tout d’un coup, mon mari a décidé de tourner d’orpailleur en chasseur de pierres précieuses. Et il est parti dans la région Alaotra, à Didy où il a pu trouver un bloc de saphir pesant plus de 45 grammes ».

Miracle

Hery, une connaissance de la famille, tient à apporter son témoignage « C’est vrai que la bible nous dit que nous tirerons notre pain à la sueur de nos fronts et il y a des gens qui travaillent fort, mais qui ne trouvent pas une stabilité dans la vie. Des problèmes qui se succèdent jusqu’à l’anéantissement total de la famille. Il y a bien des ménages brisés par une situation financière désastreuse. Mais dans la famille de Jeanine, malgré les difficultés que cette famille a rencontrées, le couple ainsi que leurs enfants sont restés unis pour le meilleur et pour le pire. Et ils n’ont pas parcouru le désert si on peut le dire seuls, mais avec Dieu tout puissant. Et c’est normal qu’ils ont pu atteindre la terre promise. Pour les non-croyants, ils illustrent ce miracle comme le fruit du hasard, la chance qui a souri, mais pour moi, c’est l’œuvre du Seigneur tout simplement. Le bonheur de cette famille actuellement, n’est que la concrétisation de ce qui est écrit dans l’Evangile de Mathieu 21 : 22 « Tout ce que vous demanderez avec foi par la prière, vous le recevez ».
Les gens travaillent très dure en espérant une vie meilleure, mais des fois les affaires tournent mal. Pire même, la situation empire, devenant chaotique. Malheureusement, dans la vie, travailler fort n’est pas toujours synonyme de réussite. Mais dans le cas de cette famille qui est passée par de tant d’épreuves, la vie n’était pas de tout du repos. Ils ont traversé le désert avant d’arriver à la terre promise. Et c’est vrai qu’il n’y a pas d’omelette sans casser d’œuf. Mais est-ce suffisant car beaucoup de ménages font comme eux et sont toujours en attente d’un miracle. Les idées divergent car il y en a qui pense qu’il faut la chance en plus, d’autres voient la patience comme l’essence d’une telle réussite et lse chrétiens parlent de récompense de prière et d’œuvre de l’Eternel. Ce qui est sûr, c’est que cette famille a la foi et la patience.

Paix

Suite à un surendettement dans l’exploitation aurifère, la famille ne trouve plus d’autre solution que de mettre entièrement entre les mains de l’Eternel leur vie. Jeannine, la mère de famille n’a cessé de prier à chaque fois qu’elle a une occasion de le faire, implorer Dieu afin que la famille trouve la paix. Et d’un coup, le père de famille entend parler d’une localité appelée Didy, dans la région d’Alaotra, où les gens se ruent pour chercher des pierres précieuses. Sans trop de conviction, mais ayant des connaissances en la matière, il laisse la recherche d’or pour se convertir en un véritable chasseur de pierres précieuses. En seulement une semaine de prospection intense, il met la main sur un gros saphir pesant plus de 45 grammes valant des millions d’ariary. La famille n’arrive pas à imaginer ce qui arrive dans sa vie. Pour elle, c’est tout simplement la réponse à tant de prières adressées à leur Seigneur, pour les autres c’est une chance pure et simple, mais quoi qu’on dise ils ont pu régler tous leurs problèmes de dette. Auparavant, la famille habitait dans un petit appartement, mais après le jackpot de plusieurs centaines de millions le couple a acheté une grande maison tout près de leur ancienne habitation. Ce miracle n’a pas seulement résolu leurs problèmes financiers, mais leur a permis d’appréhender qu’en fait la vie n’est qu’une mission à durée déterminée qu’il faut accomplir avec sagesse. Il faut choisir le bon combat en aidant les pauvres et achever la course car la vie est si courte et enfin garder la foi, telle est leur nouvelle vision de la vie. En un clin d’œil, même la pire des situations peut basculer en une véritable paix. Finalement, la mère de famille conclut qu’il n’y a qu’une seule marche entre la misère et la paix, mais il faut la franchir sous le guide de l’Eternel.

Par Christian Rija