Actualites Sport

Tour de France – Les Alpes, le défi de la gestion

Les favoris du Tour de France ont trois jours terribles devant eux, depuis jeudi dans les Alpes: un triptyque d’une difficulté rare qui mettra les coureurs au défi de trouver le bon équilibre entre la gestion, essentielle pour ne pas exploser, et l’audace.

Jeudi: quatre ascensions, dont les cols de Vars, d’Izoard et du Galibier, d’une altitude supérieure à 2.000 mètres. Vendredi: cinq montées entre Saint-Jean-de- Maurienne et Tignes, avec le mythique Iseran, point culminant du Tour à 2.770 mètres. Et samedi: trois ascensions, dont l’ultime, interminable (33,4 km), guidera les derniers rescapés en haut de Val Thorens et décidera du nom du vainqueur de l’épreuve.

« C’est une montée horrible. Je pense que le classement général du matin ne voudra pas dire grand chose », assène Steven Kruijswijk, le 3 e du classement général.

Le Néerlandais de l’équipe Jumbo a bien cerné la difficulté du rendez-vous alpestre de cette édition, que les coureurs redoutent tant: après trois semaines éreintante de course, tout peut se perdre en quelques minutes en cas de défaillance dans l’ultime ascension.

« Des défaillances, je suis persuadé qu’il y en aura sur ces trois étapes », estime Julien Jurdie, le directeur sportif d’AG2R La Mondiale. « Le garçon qui passera à ravers les gouttes, sans être forcément extraordinaire, mais en maintenant un très bon niveau, il aura de grandes chances de prendre pas mal de temps sur un paquet d’adversaires ».

Pour passer entre les gouttes, quelle tactique adop- ter? « Opter pour une stratégie de gestion du potentiel sur trois jours », répond Frédéric Grappe, le directeur du pôle performance de l’équipe Groupama-FDJ, celle de Thibaut Pinot, « car on ne peut pas faire trois jours d’épuisement, c’est impossible au niveau de la récupération ».

« Au départ d’Embrun jeudi, les meilleurs ne seront pas dans l’optique d’UNE étape de montagne, il auront dans la tête TROIS étapes de mon- tagne », détaille-t-il. « Ils termineront la première fatigués, oui, mais ils en auront gardé. Inconsciemment, leur organisme se sera mis dans une sorte de réserve ».