Ils ont marqué la semaine

Ils ont marqué la semaine

Charalambos Tsangarides – L’œil du FMI

Désormais, il faudra se familiariser avec Charalambos Tsangarides.
Il vient de remplacer Marshall Mills qui a toujours dirigé les missions de revue du Fonds monétaire international, FMI, dans le cadre de la Facilité élargie de crédit, FEC, de 310 millions de dollars, obtenue par le défunt régime HVM. Les autorités actuelles auront ainsi comme principal interlocuteur Charalambos Tsangarides pour les négociations à venir. Le ministre des Finances, du budget et de l’économie, Richard Randriamandrato, l’a déjà rencontré à Harvard, la semaine passée, lors de la rencontre du Printemps du FMI- Banque mondiale. La FEC arrive à expiration au mois de juin, de nouveaux pourparlers devraient être entamés. Les capacités de l’actuelle équipe dirigeante à s’adapter aux contraintes du FMI pourront être mesurées après une période de « transition ». Richard Randriamandrato a été parmi les six ministres africains à Harvard pour cette réunion où il a eu de nombreux contacts de très haut niveau.

Me Hanitra Razafimanantsoa  – Craintive

La défaite de Marc Ravalomanana au second tour de la présidentielle a fissuré l’édifice du K-25, sa plateforme élargie de soutien. Serge Zafimahova, son principal cerveau, a fait bande à part. Par la création de la formation para-
politique Dinike, avec d’autres intellectuels. Mais au passage, Dinike, a pu chiper des personnalités politiques du « TIM Canal historique » pour être ses candidats aux législatives. Ce qui fait craindre une dispersion des voix des prétendants venant d’un même camp politique chez Me Hanitra Razafimanantsoa, fidèle aux directives de Marc Ravalomanana. Elle souhaite que le TIM et Dinike arrivent à s’entendre et ne deviennent des adversaires sur le ring politique. Mais Marc Ravalomanana ne semble pas de cet avis. Quand il présente ceux qui vont défendre les couleurs du TIM à ces législatives, il n’a pas fait allusion à ces éventuelles alliances. L’ancien président de la
République est convaincu que son parti peut faire cavalier pour faire plier la mouvance présidentielle.