alaune Politique

Andry Rajoelina – Cent jours
 sans concessions

En votant pour Andry Rajoelina, les Malgaches espërent de meilleures conditions de vie. Au terme
 de ses cents jours de pouvoir, un bref rappel 
et des rÈactions síimposent

A prestation de serment du président Rajoelina a eu lieu le 19 janvier, au stade municipal de Mahamasina. Elle a été honorée par la présence des anciens présidents de la République de Madagascar, entre autres Didier Ratsiraka, Marc Ravalomanana et Hery Rajaonarimampianina. Un fait unique dans l’histoire que tous les anciens Présidents aient été présents à l’investiture de leur successeur. Les corps diplomatiques, l’ancien président de la République français, Nicolas Sarkozy, des chefs d’États africains, ainsi que de hautes personnalités militaires et civiles, malgaches comme étrangères. Deux jours après l’investiture du président Rajoelina, le Premier ministre sortant Christian Ntsay a été reconduit à son poste, ce qui a démontré le renouvellement de la confiance du Président en ce technicien devenu politicien. La nomination des membres du gouvernement s’est effectuée quelques jours après la nomination du Premier ministre.

Convocations

Il s’ensuivit une vague d’abrogations, notamment des ambassadeurs extraordinaires et plénipotentiaires de Madagascar à l’étranger, ainsi qu’une pluie d’abrogations des secrétaires généraux, directeurs généraux, directeurs aux ministères, des hauts fonctionnaires et organismes connus. Une volonté manifeste de lutter contre la corruption a marqué ces trois premiers mois de l’administration Rajoelina.

Ceux qui suivent l’actualité ont ainsi pu assister à la chute en direct de quelques caciques du régime Rajaonarimampianina. Le magnat de la presse Mbola Rajaonah et l’ancien conseiller Hugues Ratsiferana, pour ne citer qu’eux, restent actuellement dans la case prison. L’ancien Premier ministre Olivier Mahafaly, est également sur la pente qui le mène au pénitencier. Mais ce qui marquera le plus c’est assurément le décret numéro 2019-790 portant la convocation des électeurs pour l’adoption du projet de loi constitutionnelle modifiant certaines dispositions de la Constitution de la IVe République, avant l’expiration du mandat des députés, l’Assemblée nationale avait donné les pleins pouvoirs au président de la République pour légiférer, par conséquent il a bel et bien appliqué en appelant les électeurs, par  voie de décret, à voter aux urnes le 27 mai pour modifier certaines dispositions de la Constitution de la IVe République dont il a été l’auteur même en 2010 . Le président Rajoelina prône la continuité de l’État, et la concrétisation de ses promesses durant la campagne présidentielle.

Visites d’état

C’est ainsi qu’il a procédé à la pose de la première pierre de la voie rapide reliant le port de Toamasina à la 
RN 2, l’inauguration du terrain  Elgeco Plus, le respect du principe de continuité ne se limite pas aux services publics, mais englobe l’ensemble des actions de l’État. L’arrivée de 16 500 tonnes de « Vary Mora » venant du Pakistan qui a créé la polémique « pourquoi ne pas acheter auprès des paysans locaux ? », s’insurgent ses adversaires, la construction de la RN 5A reliant Ambilobe et Vohémar, en sont les différents exemples. Ses différentes sorties à l’étranger ne sont pas également pas passées inaperçues, avec, déjà, deux visites d’état, à Maurice et au Sénégal, à son actif. Mais le président Rajoelina devrait prendre le cœur des Tananariviens en réhabilitant le Palais de Manjakamiadana, et surtout Besakana dans le Rova d’Antananarivo qui est l’un des symboles du Royaume merina devenu royaume de Madagascar.