Actualites Ils ont marqué la semaine

Marc Ravalomanana : La dégringolade

Accepter sa défaite à la présidentielle, sans s’avouer vaincu sur l’échiquier politique. La posture adoptée par Marc Ravalomanana n’honore guère l’ancien président de la République qu’il était. Il a mené la campagne des candidats TIM aux législatives, avec des résultats dérisoires à l’arrivée. Privé du titre du chef de l’opposition à l’Assemblée nationale par le projet de « loi Brunel » excluant le poste aux chefs de partis, il a voulu un nouveau mandat à la mairie de la capitale.

Soit revenir vingt ans en arrière, au début de sa carrière politique. Mais craignant une nouvelle déconfiture
électorale par les piètres performances de son épouse Lalao à la tête de la commune urbaine d’Antananarivo en quatre ans, il s’est désisté au dernier moment.

Au profit de l’illustre inconnu Ny Riana Tahiry Randriamasinoro. Aussitôt pris sous l’aile de Marc Ravalomaanana en personne. Alors qu’en 2007, la défaite aux communales du candidat Hery Rafalimanana, qui a pourtant pu donner à la capitale ses lustres d’antan, a été consécutive à l’impopularité de Ramose.