Ils ont marqué la semaine

Marshall Mills Magnanime

À force de côtoyer des interlocuteurs malgaches, avec leur hypocrisie et leur fourberie, des diplomates finissent par s’en accommoder. Marshall Mills, le chef de la mission d’évaluation du Fonds monétaire international, FMI, depuis le retour à l’ordre constitutionnel, manie avec aisance la langue de bois. Il sait, mieux que quiconque, que sa récente inspection sur le déroulé de la Facilité élargie de crédit, FEC, a été plutôt un test pour le défunt régime HVM. Même avec la parenthèse de l’équipe transitoire de Christian Ntsay, l’essentiel a été fait avec le gouvernement d’Olivier Mahafaly. Les tenants actuels du pouvoir sont encore trop « frais » pour être palpés sur leur réelle capacité à résister aux contraintes des bailleurs de fonds. Ainsi, les bonnes notes qu’il a distribuées ont été mises sur le crédit des anciens responsables. Mais il a laissé entendre que le FMI n’a aucune objection pour financer l’IEM, la pierre angulaire du programme d’Andry Rajoelina. À prendre avec des pincettes.

Jacques Randrianasolo – Sur la braise

À cause des crises politiques à répétition, être garde des Sceaux et ministre de la Justice devient un poste plus que délicat. Un siège éjectable à tout moment. Ils étaient souvent invités à traiter des dossiers chauds touchant des personnalités impliquées dans des batailles parfois épiques. Jacques Randrianasolo n’échappe pas à ces engrenages
difficiles à dénouer. Bien sûr, des entités anti-corruption ont « préparé » la mise hors d’état de nuire de Mbola Rajaonah, mais dans ce cas, les regards se tournent vers le patron de la justice. Et à ce propos, son arrestation a soulevé quelques compassions. Il est vrai que pour avoir amassé des milliards d’ariary en deux temps trois mouvements, en un clic, Mbola Rajaonah ne peut pas être un transitaire pour qui l’honnêteté est une vertu première. Mais de là à l’interpeller dans la rue et à le coffrer illico presto, tout cela rappelle des méthodes dictatoriales perpétrées par le HVM, tant décriées par les ténors du Mapar.