Actualites Politique

Pêle – mêle

Ramtane Lamamra
Bienveillant
Il aura été l’architecte, le maître d’œuvre du processus électoral à Madagascar. Dès le début de la crise politique du samedi 21 avril, Ramtane Lamamra, Haut représentant de l’Union africaine, n’a pas lâché prise. Il a attendu jusqu’au dernier moment, le vendredi 7 septembre, le jour convenu pour la démission du président-candidat Hery Rajaonarimampianina, avant de quitter le pays. Il a salué le respect des prescriptions constitutionnelles. Pour revenir superviser l’organisation du premier tour du 7 novembre. Un scrutin qu’il a qualifié d’exemplaire. Face à la tension autour du duel final, entretenue par les insultes proférées sur les réseaux sociaux, il lance un appel à la prise de responsabilité de tout un chacun. Tout en gardant un optimisme mesuré quant à l’issue du second tour de la présidentielle, à la sortie d’un entretien avec le chef de l’État p.i. Rivo Rakotovao. L’Union africaine et les Nations unies, comme l’Union européenne ont dépêché des bataillons d’observateurs. Leurs premières impressions sont attendues. Pour valider ou non les résultats.

Rolland Ravatomanga
Interférences
Les membres du gouvernement sont interdits de faire campagne pour les candidats à la présidentielle. C’était écrit noir sur blanc. Mais un cas a fait tiquer plus d’un. Rolland Ravatomanga, fidèle compagnon des Ravalomanana, ministre de l’Eau, de l’hygiène et de l’assainissement, a prêté main forte au Service autonome de maintenance de la ville d’Antananrivo, SAMVA, submergé par les ordures. Or, ces tonnes d’immondices, non-ramassées, ont eu un impact négatif sur les voix obtenues par le candidat Marc Ravalomanana au premier tour où il a perdu dans les six arrondissements au profit d’Andry Rajoelina. Cette action de salut public, certes, de Rolland Ravatomanga, apparaît en filigrane, comme une campagne déguisée en faveur du fondateur du Tim. Christian Ntsay, son autre « patron » n’a osé sévir.

Vonintsalama Andriambololona
La star
Présente sur tous les fronts, la ministre des Finances et du budget, Vonintsalama Andriambololona, l’a été cette semaine. Après avoir défendu bec et ongles le projet de budget 2019 à l’Assemblée nationale et au Sénat, avec quelques péripéties, somme toute sans conséquence, elle a signé un important accord financier avec le représentant résident de la Banque africaine de développement, BAD. Elle fait preuve d’une certaine régularité en dépit de l’incertitude de son poste après le 19 décembre.

Eric RANJALAHY