Economie

Programme fihariana – Rajoelina se pose en promoteur de l’entrepreneuriat

Ancien jeune entrepreneur, Andry Rajoelina rend l’ascenceur

Afin de résoudre le chômage et le sous-emploi dont est victime la population active, le Président de la République lance officiellement comme solution le programme national de soutien à l’entrepreneuriat «Fihariana»

Une prise en main. La création personnelle d’activité génératrice de revenus est proposée par le Chef de l’ État Andry Rajoelina dans le cadre du lancement du programme de promotion de l’entrepreneuriat dénommé « Fihariana », le 18 mai matin au Carlton Antananarivo.
En présence d’une affluence majoritairement composée de jeunes, le Président de la République a transmis la fibre entrepreneuriale à presque un millier de personnes. Axant sa décision politique de soutien à l’entrepreneuriat sur le motif des obstacles financiers que rencontrent les jeunes, Andry Rajoelina va examiner personnellement les dossiers des porteurs de projets que l’ État va soutenir .
Des dossiers qui seront accueillis et centralisés dans une structure implantée au niveau des chambres de commerce et d’industrie des régions. « La garantie pose souvent problème lorsqu’on doit solliciter un financement pour démarrer un projet entrepreneurial », reconnaît le Président Andry Rajoelina. L’ État va entrer en partenariat avec les deux banques BOA et BNI , lesquelles vont octroyer les financements aux projets proposés par les jeunes.

Par les banques
À hauteur de un million d’ariary jusqu’à deux-cent-millions d’ariary , le financement accordé sera au bénéfice de chaque projet sélectionné. Le programme national « Fihariana » est prévu mobiliser un fonds jusqu’à deux cent milliards d’ ariary au total . « Je serai garant de vos projets et je me positionnerai en tant que raiamandreny , autrement dit parent protecteur, qui veille à la réussite et à l’excellence des ambitions de vous tous. C’est pourquoi j’incite à entreprendre car c’est maintenant l’ État même qui va assurer les garanties des financements auprès des banques partenaires », souligne Andry Rajoelina.
Pour le Président, les jeunes ne doivent plus se mettre à rechercher de l’emploi mais à créer de l’emploi, car partant de son exemple personnel , il a atterri dans le milieu de l’entrepreneuriat « dès dix-neuf ans , avec des portes qui étaient toutes closes au début en raison de la méfiance des détenteurs de financement quant à la capacité de remboursement et à la solvabilité »
Dans sa brève allocution commencée en malgache, Alexandre Mey , directeur général de la banque BNI s’est dit convaincu « de l’importance du soutien accordé par l’ État à l’entrepreneuriat et à travers les offres de financement destinées aux TPME ou très petites et moyennes entreprises comme on les appelle ainsi, la BNI est disposée à appuyer le programme national Fihariana ». L’entrepreneuriat à Madagascar est jusque-là marqué par la prépondérance du secteur informel entraînant un taux faible de recours au financement bancaire d’où la majeure partie des entrepreneurs sont hors du circuit financier.
L’encadrement étatique de l’entrepreneuriat au niveau local s’impose en conséquence. « Un centre Fihariana dans chaque chef-lieu de Région se chargera d’accompagner et d’orienter les initiatives entrepreneuriales. Dans cette optique, les projets entrepreneuriaux dans chaque région entreront en phase de sélection dans le cadre du programme Fihariana si leurs concepteurs les y soumettent et je m’engagerai à examiner un à un les entrepreneurs sélectionnés avec leurs projets. Chaque structure régionale servant de centre Fihariana sera le relais des informations sur les projets soumis, reçus, sélectionnés. L’information de proximité sera ainsi assurée » , déclare le Président de la République. Ce dernier a par ailleurs promis devant l’assistance venue au lancement du programme national Fihariana, un déplacement à l’extérieur avec les meilleurs entrepreneurs sélectionnés afin de voir les équipements nécessaires au démarrage des projets. A l’origine de ce programme national s’est trouvée la compétition
« Fihariana contest » organisée par Andry Rajoelina peu avant sa déclaration de candidature pour la course à la magistrature suprême. Maintenant qu’il est élu, le concept d’impulsion de l’entrepreneuriat est devenu un programme national supervisé par un secrétariat exécutif opérationnel.
Le partenariat avec les banques BOA et BNI a fait l’objet d’une formalisation à travers une convention signée en présence des membres du Gouvernement, du Premier ministre Christian Ntsay, et du Président du Sénat Rivo Rakotovao. Se référant aux difficultés financières ayant émaillé sa propre success story, le Chef de l’Etat a témoigné de la confiance que lui a accordée la société financière FIARO « lors de l’intérêt qu’il à porté à l’achat d’une machine à imprimer à Lyon, dont l’obtention du financement de la part de FIARO n’a été possible que lorsque l’engagement des sociétés STAR et PROMODIM à faire imprimer leurs supports en papier auprès d’INJET a servi de garantie ».

Tsiory Fenosoa
Ranjanirina