Actualites Reportage

Merceries : Les quincailleries de la couture

Ils se vendent par pièce, en mètre, en série… de toutes les tailles et les couleurs mais également de toutes les matières. Du petit bouton aux différents articles pour la décoration en passant par différents cordons, dentelles, strass et paillettes, perles… les articles de mercerie, on en compte par centaine. Destiné généralement aux travaux d’aiguilles, ce genre de commerce représente tout aussi une vraie caverne d’Ali baba pour des loisirs créatifs.

A llié des produits faits main. Des bobines de dentelles et/ou de guipures suspendues aux murs, des bandes de rubans s’empilent de façon à former les couleurs de l’arc-en ciel, les fils de broderie exposés par dégradation de couleurs, les boutons et les petites fleurs en tissus de toutes les formes, de toutes les tailles, de toutes les couleurs contenus respectivement dans de petits récipients selon les modèles et les styles, les chaînes dorées et/ou argentées aussi suspendues, les perles, les paillettes et les strass contenus dans des petits sachets qui scintillent de part et d’autre… c’est la description approximative d’une mercerie. Pour un maniaque du rangement, ce serait un petit enfer puisqu’il est difficile de se retrouver dans tout ce bric-à-brac où l’on ne sait plus où poser les yeux.

Créer

Mais à regarder de plus près, avec toutes les couleurs et les éclats qui étincèlent un peu partout l’on ressent une ambiance de joie et de fête. Sariaka Rasoarimalala, une mercière au pavillon Analakely, le grand marché au centre de la capitale, confie que les articles commercialisés sont, pour la plupart, destinés à la préparation de festivités ou pour créer quelque chose de beau, qui sort de l’ordinaire. « Je précise même que les articles de mercerie peuvent faire partie des pièces de création », souligne- t- elle. Elle ajoute que ce genre de commerce se focalise sur tout ce qui concerne le textile et le travail de couture que ce soit pour les effets vestimentaires ou pour les ameublements. « Généralement, la plupart est pour embellir un vêtement ou pour la décoration d’intérieur», préciset- elle. Pour les vêtements, il existe une large gamme d’articles: guipures, dentelles, voile, fils, boutons, strass, perles, plumes… tandis que pour l’ameublement, il existe les anneaux, les pinces et les embrasses à rideaux… et bien d’autres pour l’ornement des coussins, des housses de lit… Bref, on en voit un peu de tout.

Mais bien que cet univers de couleur et d’éclat attire les yeux, l’intérêt à faire appel aux articles de la mercerie commence à s’estomper. Les uns pensent que les gens s’intéressent beaucoup plus aux friperies et ne donnent plus de l’importance à la mercerie, les autres affirment que c’est le pouvoir d’achat qui freine la majorité. Cependant, ceux qui veulent customiser leur vêtement seront toujours servis. Transférer des strass sur son jean, coudre une dentelle en dessus de son destroy, ajouter des perles sur son sac à main… en tout cas les fans de la mode ne diront pas non. En plus, les nouveautés n’en manquent pas car toutes les semaines, il existe de nouveaux styles de guipures ou de dentelles, de paillettes, d’embrasse rideaux et bien d’autres. «La plupart des articles viennent de Chine», précise un mercier à Analakely.

Mais s’ils sont destinés au début pour le textile, les articles de mercerie ont pris une toute autre dimension puisqu’ils se trouvent désormais sur les différentes carteries, les bonbonnières… et tout ce qui concerne la décoration évènementielle. N’avons-nous pas remarquer le ruban, la demi-perle ou encore la petite fleur en tissu sur une de nos invitations? Ou encore des perles ou des strass? l’on peut également créer des bijoux fantaisies et même des chaussures. Bref, la mercerie, c’est le pinceau des créateurs et de la customisation.