#1 Actualites Sport

Élection FMF – Un non-match en vue

Le nouveau patron du football malgache sera élu à Toliara. Avec lui, il y aura dix autres personnes du comité exécutif qui prendront les rênes de ce sport roi à Madagascar.

L’attente aura été longue. Les fé rus du football attendent avec impatience l’élection du nouveau président de la Fédération Malagasy de Football (FMF). Elle est prévue se dérouler à Toliara ce samedi 24 août et, pour sa part, le comité de normalisation de la FMF entamera son ultime et dernière mission avec l’organisation de ce rendez-vous tant attendu.

Ils seront cinq candidats à briguer le poste de président de la FMF. Il s’agit de Doda Andriamiasasoa, Mohamad Abdillah, Raoul Arizaka Rabekoto, Herilalaniaina Rasoamaromaka et Neypatraiky André Rakotomamonjy. Ces candidats ont eu chacun le soutien de quelques ligues régionales qui sont au total au nombre de vingt-deux. Dans ce sens, on peut penser que chaque candidat a ses propres atouts dans la course à la présidence de la FMF.

Sur les cinq candidats, t rois étaient prêts à réaliser une alliance forte durant l’élection avortée à Sambava, au mois de novembre 2018, et allaient proposer un seul candidat au poste de président de la FMF. Il s’agissait à l’époque de Doda Andriamiasasoa, de Raoul Arizaka Rabekoto et de Neypatraiky André Rakotomamonjy. Si l’on considère cette situation, les deux autres candidats, Hery Rasoamaromaka et Mohamad Abdillah, feront cavalier seul. Actuellement les trois premiers candidats ont décidé de se présenter eux-mêmes, ce qui change complètement la donne. La présence de trois politiciens sur cette liste suscite crainte et appréhension parmi les amoureux du ballon rond. Alors que l’un d’eux peut rafler la mise. Des présidents des ligues régionales, les seuls électeurs lui ont fait acte d’allégeance. Ce qui a violé le caractère secret du vote.

Pour prévenir tout chamboulement, la FIFA a anvoyé son secrétaire générale, Fatma Samoura pour superviser l’opération. Elle connaît trop bien les manœuvres dilatoires malgaches pour avoir été coordinatrice du système des Nations unies durant la crise politique de 2009 à 2014. Avec Béat rice Attalah, présidente du comité de normalisation, elle a été un des artisans de l’organisation de la présidentielle de 2013. Cette fois-ci, sa tâche est moins compliquée. Par contre, le futur patron de la FMF aura du pain sur la planche.

Les défis

En parlant de défis, les candidats pour le poste de président de la FMF ont chacun leur propre programme, mais ils ont tous fait de la construction ou la réhabilitation des infrastructures une priorité. Ils pensent aussi apporter un certain équilibre à toutes les compétitions nationales à organiser.

Cependant, développer les vingtdeux ligues régionales restera le principal défi à relever pour le nouveau président de la FMF. Vingt-deux ligues qui n’ont pas les mêmes infrastructures, les mêmes moyens financiers, les mêmes ressources humaines, ni les mêmes pratiques pour ce qui est de la vision même de ce qu’est le vrai développement du football à Madagascar.

Au niveau de la préparation des équipes nationales en prévision des différentes compétitions d’envergure internationale, ils auront aussi à apporter une vision, une politique sportive à long terme pour déjà maintenir le niveau et le prestige des Barea de Madagascar sur la scène africaine et mondiale dans les années à venir.

On parle d’élection de président de la FMF, mais une autre élection se fera en parallèle, celle des membres du nouveau comité directeur de la FMF. En 2018, ils étaient quatre vingt-neuf candidats, cette fois-ci, ils ne seront plus que vingt-neuf pour briguer dix places.

Tout se jouera donc ce samedi à Toliara. Le mouvement sportif et les férus du ballon rond auront les yeux rivés sur la Cité du Soleil, au moins le temps de cette élection. Une fois de plus, le ministère de la Jeunesse et des sports sera le garant de l’application des textes et des règlements intérieurs qui seront rappelés par le comité de normalisation de la FMF.