Actualites Sport

Le sifflet au féminin – Fara Hary Ny Aina Razafimamonjy   Le sifflet au féminin

Arbitre internationale de rugby, Fara Hary Ny Aina Razafimamonjy est promise à une fructueuse carrière à l’échelon mondial. Passion, respect, solidarité, discipline et intégrité sont ses maîtres-mots dans la profession4

Un sifflet à la main, Fara Hary Ny Aina Razafimamonjy est comme un poisson dans l’eau. Nageant petit à petit dans le monde du rugby malgache, la professeure certifiée d’éducation  physique et sportive s’est spécialisée dans le domaine de l’arbitrage, depuis quatorze ans.
Une carrière qui l’a fait voyager un peu partout dans le monde et spécialement en Afrique. Dernièrement, Fara a pu arbitrer durant la Coupe d’Afrique des nations féminine en rugby à sept, qui s’est jouée au Botswana et qui a fait figure de qualification pour la Coupe du monde 2018, mais aussi de tour préliminaire des Jeux olympiques. Auparavant, elle a déjà fait ses preuves en officiant au Zimbabwe et en Tunisie. Pour avoir cette chance d’officier dans de grands événements du rugby en Afrique, Fara a dû passer par des séries de formations.
« Nous, les arbitres internationaux, sommes continuellement en formation et une fois que nous arrivons à remplir les conditions exigées par les formateurs, nous sommes sollicités pour officier à un évènement donné. Au-delà de ces conditions, la maitrise des langues étrangères, comme le français et l’anglais, est obligatoire. L’année 2018 a été très particulière pour moi car j’ai pu faire la connaissance des arbitres sud-africaines qui sont assez expérimentées et qui ont arbitré avec moi. J’ai pu faire une auto-évaluation de mes aptitudes personnelles tout en profitant de leurs expériences toujours très enrichissantes », explique-t-elle.

Décrochant le niveau 2 en arbitrage international en 2016, Fara ambitionne sérieusement de passer l’examen du niveau 3. Elle a été sous la houlette du Français Salem Attalah, responsable de la formation des arbitres internationaux africains et qui s’occupe de l’évaluation continue. La formation pour le niveau 3 entre plus dans les détails, les précisions et la préparation physique.
« Le niveau du rugby féminin en Afrique est encore très bas par rapport à ce qui se passe en Europe ou durant les World seven series. En termes d’arbitrage, nous essayons de faire beaucoup de préventions pour avoir une meilleure continuité dans le jeu, car beaucoup de joueurs ne maitrisent pas le règlement. Le vrai défi en Afrique pour les arbitres, c’est de faire face aux agissements des dirigeants de clubs ou des sélectionneurs nationaux qui réagissent de manière  peu agréable face aux décisions que nous prenons sur le terrain. Mais cela fait partie du quotidien d’un arbitre », continue Fara.


Soucieuse de l’évolution de l’arbitrage en rugby à Madagascar, Fara partage ses expériences et ses acquis avec le corps arbitral malgache.
Elle encourage les arbitres malgaches à se lancer dans une carrière internationale car les opportunités existent.
« Il faut oser aller loin dans le domaine de l’arbitrage et cela passe avant tout par la maîtrise de la langue anglaise. Il faut ensuite entrer dans la structure fédérale là où se font les différentes formations à l’échelon national. L’assiduité et la persévérance ont aussi leur sens car la formation se fait continuellement pour avoir une chance d’arbitrer à l’étranger. Enfin, il faut vivre les valeurs rugbystiques au quotidien qui sont passion, respect, solidarité, discipline et intégrité », termine Fara.
Au delà de sa vie de grande passionnée en rugby, Fara a été une basketteuse du BBCM et une handballeuse de l’ASC Aro. Titulaire d’un certificat d’aptitude pédagogique de l’École normale supérieure, Fara travaille en tant que professeure certifiée en Éducation physique et sportive au lycée de Mangamila à Anjozorobe. Mère de famille, elle a une vie très épanouie tout en ayant comme attribution au
niveau de Malagasy Rugby, le poste d’officier de développement du rugby féminin en charge du programme de rugby féminin à Madagascar.

Dina Razafimahatratra