Ils ont marqué la semaine

Ichiro Ogasawara Pragmatique 

Une belle leçon de réalisme. Lors de l’inauguration des salles de classes à Toamasina, fruits de la coopération nippone,  en présence du président de la République, Hery Rajaonarimampianina, l’ambassadeur du Japon, Ichiro Ogasawara, a précisé que son pays est démuni en matière de ressources naturelles. Mais il a misé sur le capital humain pour assurer son développement économique, mondialement connu et reconnu. Ce qui semble être tout le contraire du cas de Madagascar. Où les pillages et les trafics des « dons du ciel » se font presque au vu et au su de tout le monde. Alors que les préoccupations humaines sont un peu négligées. À l’image de ces écoles abandonnées et le taux inquiétant de déperdition scolaire. La grève des enseignants en plus. Le modèle japonais  n’est pas facile à « plagier ». Ne serait-ce que la discipline et la propreté  de ses habitants. Les Malgaches, eux, s’accommodent bien de l’anarchie, de l’insalubrité et du désordre.

Véronique Vouland-Aneini - Prudente 
À ses premiers pas sur le sol malgache, l’ambassadeur de France, Véronique Vouland-Aneini, a trébuché sur le perron de l’Hôtel de ville. À la sortie d’une visite de courtoisie chez la maire Lalao Ravalomanana, elle a affirmé que les « îles éparses appartiennent à la France ». Une vérité toute crue lancée en pleine figure des nationalistes qui  revendiquaient  le retour de ces  « territoire malgaches » selon une vieille résolution des Nations unies, à la mère patrie. Pour la célébration du 14 juillet, même en évoquant le sujet sensible des rapts et kidnappings, ciblant des ressortissants français, elle a bien pesé ses mots. Afin de ménager toutes les susceptibilités. Avant de lancer le lendemain les travaux relatifs aux rocades Est-Nord-Est de la capitale, en présence du chef de l’État.  Dont la finalité vise à désengorger la circulation des interminables embouteillages qui la bloquent toute la journée et même la nuit.