Actualites Faits divers

Projet Erasmus + – Des jeunes construisent le pont entre l’océan Indien et l’Europe

Pentax Digital Camera

Construire des ponts entre les îles de l’océan Indien et l’Europe pour favoriser la mobilité de nos jeunes. Tel est l’ultime objectif du projet Erasmus +  avec Building Bridges, financé par l’Union Européenne.
Cela fait un an que ce programme d’échange est mis en œuvre et quinze jeunes de La Réunion, de Mayotte et de Madagascar se sont rencontrés au Centre d’entraînement aux Méthodes d’éducation active à Madagasikara (Cemeam) à Ilafy, pour vivre ensemble, discuter des problèmes concernant la jeunesse dans la zone de l’océan Indien.
Quinze responsables d’association se sont réunis à La Réunion du 3 au 8 mars 2018, puis celle de l’île Maurice a regroupé une trentaine de travailleurs de jeunesse du 3 au 9 mai de la même année. Il y a eu, par la suite, la rencontre de quinze jeunes accompagnés de trois travailleurs
de jeunesse au Cemeam
à Ilafy, du 1er au 10 juillet 2018.
Le projet met en relation cinq organisations de l’océan Indien dans l’hémisphère Sud (l’Association seychelloise pour la Jeunesse et l’animation ou ASJA, le Centre d’éducation pour le Développement des enfants mauriciens ou Cedem, les Centres d’entraînement aux Méthodes d’éducation active à Madagasikara ou Cemeam, Ceméa Mayotte et Ceméa Réunion) et deux structures de l’Europe dans l’hémisphère Nord (EIVA de Roumanie et Dock Europe d’Allemagne). L’apprentissage s’est poursuivi pendant un mois en Roumanie où quatre jeunes de l’océan Indien se sont familiarisés avec le
métier de travailleur de
jeunesse.
Le projet Building Bridges vient d’être clôturé par la rencontre d’une vingtaine de jeunes et de travailleurs de jeunesse à Mayotte, du 6 au 13 juin, où les participants ont procédé à l’évaluation et au bilan de cette aventure commune. Richie, un jeune Malgache, ne manque pas de partager sa satisfaction au terme de la rencontre. « J’ai pu renforcer mes capacités, mon esprit d’initiative et de créativité. Dans la vie, il faut prendre des risques et ce qu’on m’a inculqué, a changé ma façon de voir, de penser, puis le sens de l’organisation s’est développé. Le projet a facilité les échanges et le partage avec des personnes venant de différents contextes et cela m’a permis de comprendre l’existence de différentes cultures », explique-t-il.
Les jeunes participants ont reçu, le 6 juillet, leur certificat Youthpass, reconnu sur le plan international. Désormais, les ponts sont en place pour relier ces jeunes et leur permettre, ainsi qu’aux différentes organisations, de continuer les échanges et de travailler ensemble, d’imaginer et de réaliser de nouveaux projets.

Farah Raharijaona 

Add Comment

Click here to post a comment