Dossier

 Problèmes socio-psychologiques –  La délinquance juvénile fait rage

Quelles sont les limites que les jeunes mineurs ne peuvent pas franchir? La criminologie s’est toujours intéressée au phénomène de la délinquance juvénile. En pleine croissance physique et intellectuelle, les idées, souvent mauvaises,  poussent comme de l’herbe

 

Le passage de l’enfance à l’adolescence est souvent ne période délicate. À cet âge si précieux, les enfants n’ont qu’une alternative, marcher dans le bon sens ou sortir du droit chemin. Face à ce dilemme, de nombreux parents hésitent entre employer la manière forte ou démissionner. L’instabilité familiale pousse les enfants à rechercher un confort matériel, ou moral, ou les deux, en dehors du foyer. Instabilité provoquée par la séparation des parents, la difficulté de communiquer entre parents et enfants, le manque de confiance entre eux… « Les adolescents ont aujourd’hui tendance à ne plus écouter les conseils des adultes préférant plutôt observer les exemples qu’on leur présente sinon expérimenter par eux-mêmes les choses de la vie. Si les parents donnent de mauvais exemples, il est sûr et certain que les enfants dévieront de leur voie. D’autant que les jeunes sont très influençables quand il s’agit de choses qui se passent à l’extérieur du foyer. Les parents jouent un rôle important en leur donnant de bons exemples et en discutant avec eux de tout et de rien, pour favoriser les relations », explique un psychologue. Certains parents ne sont jamais à la maison dans la journée, et  l’éducation parentale est reléguée dans la
soirée si les parents ne sont pas trop fatigués. Abandonnés à eux-mêmes, leurs enfants perdent facilement leurs repères et réagissent par des actes d’insubordination qui risquent de les mener à la délinquance car la plupart des jeunes délinquants sont exclus socialement. Ils se trouvent face à des problèmes sociaux tels que le divorce, la violence et la pauvreté.

mentors
Un enfant ne devient pas délinquant sans un mentor. Un jeune garçon provenant d’une famille de riches témoigne un peu de la vie qu’il a vécue dans un groupe de délinquants. « Tout commence par le désir de se distinguer des autres surtout par les fringues. Et c’est uniquement pour impressionner les filles et pour se faire remarquer. Une personne commence à te proposer différents vêtements et chaussures de marque pour être compétitif d’autant qu’il sait que tu as les moyens de te les offrir. Cette même personne commence à tisser des liens avec toi, puis décide de te proposer de simples cigarettes puis des drogues douces », raconte cette jeune victime. La personne dont il parle, est bien entendu plus âgée.

D’après son explication, elle l’incite à fréquenter les bals de jeunes tous les mercredis et samedis après-midi. C’est dans ces moments que certains adolescents s’adonnent à leurs premières tige et cannette de bière. À force de s’habituer à une telle vie, les adolescents  surtout de milieux aisés, entrent dans une impasse. « Tu es alors obligé de montrer que tu as les moyens et du goût. Et que tu veux mener une vie de mauvais garçon », explique un adulte qui observe des jeunes riches dans les boîtes de nuit tous les weekends. La compétition se manifeste également dans les établissements scolaires. Ils montrent à tout le  monde, leur richesse et le défi qu’ils doivent relever  tous les jours.

Pactes secrets
Devenir membre d’un clan est le résultat d’une grande ambition et d’une grande témérité car différentes actions pourraient affecter chacun. Lors de sorties en boîte les weekends, mise à part la concurrence sur les styles vestimentaires, le pouvoir d’achat compte beaucoup. « 100 000 ariary ne suffisent pas pour divertir le clan. Celui-ci se réfère aussi à la somme d’argent adoubée dans les sorties en boîtes, en sus des fringues à la mode et des
véhicules. Un clan est composé de dix ados entre 13 et 15 ans.
La plupart d’entre eux n’ont pas les moyens de s’’offrir une bière et certains chefs de clans arrivent à dépenser 400 000 ariary ou plus en une seule nuit », explique un organisateur de bals de jeunes. Mais le plus grave dans le clan, c’est lorsque les membres organisent un viol collectif ou un vol.
Chacun des membres doit y contribuer et prêter serment de garder le secret. Si l’un d’eux dénonce ce qu’ils font à la police, les autres membres peuvent le tuer ou le tabasser.Pour les filles en particulier, les rabatteurs les utilisent à des « soirées privées ».

Proies faciles
Car elles sont des proies faciles.  La plupart d’entre elles s’intéressent à la mode juste pour plaire aux garçons. Quand les parents ne peuvent satisfaire tous leurs caprices, des « mauvais garçons » leur proposent de leur acheter tout ce qu’elles veulent. Les belles filles se laissent amadouer. « Les garçons se proposent de sortir avec elles. Elles trouvent toutes sortes de prétextes pour pouvoir sortir la nuit, par exemple un anniversaire. Or durant cet anniversaire, le mentor du chef de clan invite des quadragénaires qui aiment les minettes. Certaines adolescentes sont droguées avant d’entrer dans une belle voiture pour partir dans un coin tranquille », explique une propriétaire de boîte de nuit. Certaines jeunes filles qui ne sont pas victimes de viol, mais ont l’habitude de monnayer les rapports sexuels avec des adultes, deviennent facilement des putes.

influences
Les hormones bouillonnent. Les cas de viol sont les délits les plus constatés par  la Police des Mœurs à Anosy. Un mineur de 16 ans viole une mineure de 12 ans. Ce sont les parents qui portent plainte d’un tel acte.
« Toutes les plaintes pour viols reçus à la Police des Mœurs, passent au parquet et ce sont les juges des enfants qui décident de les envoyer dans des centres de rééducation. Lorsqu’ils sont interrogés dans notre bureau,
certains disent avoir été influencés par les films pornographiques et passent à l’action », explique-t-il. Les adolescents ne sont pas éduqués sexuellement par leurs parents.

Lorsqu’ils abordent le sujet, les parents n’arrivent pas à ouvrir leur bouche. Ils n’ont pas les mots exacts pour dire les choses en face. « Les enfants d’aujourd’hui sont très curieux. On ne peut plus leur cacher les choses intimes. Et les films télévisés, les clips osés sont là pour les enseigner sur ces sujets »,  affirme Sambatra Andrimihajanarivo, mère de famille. Les relations sexuelles sans lendemain existent entre des mineurs et ce, à n’importe quel moment, à n’importe quelle occasion. 20,4% des filles ont eu leur premier rapport sexuel avant l’âge de 15 ans contre 10,5% des garçons selon l’enquête mené par l’Institut national de la statistique en 2013.

réseaux sociaux
Plaire à tout le monde. Une image très véhiculée par les adolescents surtout les mineurs sur les réseaux sociaux. Se faire connaître et montrer ses nouvelles fringues, ses amis, ses habitudes presque toute leur vie est étalés sur facebook. En gros, s’identifier aux yeux du monde entier. Or les enfants ne sont pas à l’abri des mauvaises
influences. Certaines jeunes filles se font piquer les photos et se trouvent dans des sites pornographiques. D’autres se font harceler  par des inconnus.
De plus, des insultes, des moqueries, de la ridiculisation, des menaces, des chantages circulent sur les réseaux sociaux. Les libres accès à des photos et vidéos compromettantes ne font qu’ajouter à la liste des dangers. Les données personnelles peuvent être utilisées par plusieurs personnes si les jeunes ne font pas attention et gardent les confidentialités. Ne pas se connecter sur facebook en une journée crée une détresse chez les adolescents. La plupart des parents  ignorent que leur enfant se connecte sur les réseaux sociaux.

Mamisoa Antonia