Sport

Rugby – Trophée Barthes U20 – Les Makis en quête de la gloire perdue

Les Makis cherchent une nouvelle histoire

les Makis veulent vraiment bondir. Terminant sur deux défaites contre le Zimbabwe (15 à 100) et face au Kenya (27 à 51) en 2018 dans le groupe A du Trophée Barthes, la sélection nationale masculine U20 est descendu dans le groupe B cette année. La même compétition se déroulera à Harare, au Zimbabwe, du 17 au
20 avril. Cette fois-ci, les Makis de Madagascar seront dans le même groupe que le Maroc, le Zimbabwe
ainsi que la Côte d’Ivoire.
« Nous voulons vraiment effacer la mésaventure de l’année passée même si le niveau de la compétition a été très élevé. Nous suivrons une sérieuse préparation qui commence cette semaine. Nous avons appelé trente six joueurs, mais ce nombre pourrait s’accroitre davantage. Nous partirons d’une base assez large pour pouvoir entamer un meilleur regroupement. Notre objectif, dans cette compétition, est de briguer la première place, synonyme d’une remontée en groupe A pour la saison 2020. Nous pouvons le faire et nous allons nous mobiliser au maximum », estime Antsoniandro Randrianorosoa, directeur technique national de Malagasy Rugby.

acquis
Finir second du groupe B signifiera juste un maintien dans ce même groupe pour 2020 et une dernière place sera sanctionnée par une relégation en groupe C. Cette année dans le groupe C, se trouvent le Ghana, l’Algérie, l’Ouganda et la Zambie. Dans le groupe A, ce sera l’affaire de la Namibie, du Kenya, de la Tunisie et du Sénégal. La première nation de ce groupe sera qualifiée pour jouer la « world junior trophy » pour la saison sportive 2020.
Trente six joueurs sont appelés à participer à la série de tests cette semaine. On retrouve certains membres de la sélection nationale de 2018, mais aussi de nouveaux éléments qui auront leur mot à dire. Les clubs de Cosfa, de 3FAI ou encore d’ASA constituent l’ossature de la future sélection nationale U20. Le sélectionneur des Makis U20 sera déterminé dans les jours qui viennent par Malagasy Rugby. Pour l’instant, tout le staff technique est au four et au moulin pour établir au mieux les critères de sélection qui se baseront sur leur analyse du jeu en général sur le plan collectif, mais aussi en tenant compte des capacités individuelles des joueurs.

Dina Razafimahatratra 

Editorial