Social

Salon du livre et de la culture – Entre les lignes

Le départ du Carnaval au Jardin Cayla

La semaine dédiée aux livres et à la culture du 06 aux 09 mai 2019 a été pour la région du Boeny, un évènement authentique. Des découvertes, des échanges, des animations, des lectures ont marqué le Salon.
La promotion de la lecture publique. Le Salon régional du livre et de la culture à Mahajanga est une première édition. Le Jardin Ralaimongo, a été le lieu choisi en tant que scène de rencontre culturelle. Jeunes, parents, enfants se sont rués vers les stands à la fin de la journée, moment où la ville de Mahajanga est plus animée.
Vingt-cinq stands ont exposé chacun leurs activités: la bibliothèque municipale de Mahajanga, les associations d’auteurs comme Faribolana Sandratra et FIMPIMA, l’Université de Mahajanga, le centre de documentation technique, des librairies de renom comme la Librairie Mixte, l’édition le Lauréat, la librairie luthérienne, l’édition Kintana. Les acteurs locaux se sont aussi mis en avant comme l’Office Régional du Tourisme du Boeny, les artisans locaux ainsi que la Maison Centrale de Mahajanga qui se charge de la lecture en prison.
La première journée a été marquée par le Carnaval sur les livres, qui a vu la participation d’environ 1000 élèves venant d’une dizaine d’établissements. Les lycéens du Lycée Philibert Tsiranana, représentés par Faribolana Hanitra Nentin-drazana ont ensuite fait un défilé avec des tenues de la région Sakalava et une prestation de Vakodrazana.
L’évènement est allé au delà du folklorique, à travers des conférences-débats sur les histoires du Sakalava, discutant des questions d’identité et de peuplement malgache. Bachir Sojay, directeur du musée Akiba de Katsepy a été le principal intervenant le mardi 07 mai. Le thème s’est porté sur « Le pays sakalava, une histoire » et a suscité l’intérêt des lycéens.
La troisième journée a ensuite donné place aux jeunes slameurs de la région. « C’était une belle rencontre entre tous les arts oratoires qui existent à Madagascar. Notamment le Slam, le Kabary, le Antsa tononkalo et le Tokatoka. Un moment inoubliable pour nous, jeunes de Mahajanga » témoigne Lesly, une slameuse de Mahajanga.

Mampianina Randria