Ils ont marqué la semaine

Ils ont marqué la semaine

Hajatiana rasolomanana – Audacieux

Un exercice périlleux. Valoriser les déclarations présidentielles selon lesquelles il est tout à fait possible et réalisable de baisser, de façon conséquente, les prix du carburant, devient un devoir à rendre au plus vite pour certains responsables étatiques. Après les ministres Hajo Andriananinarivelo et Christian Ramarolahy, le premier a
évoqué des arriérés impayés des pétroliers pour les Redevances de l’entretien routier, RER, le second parlait d’une éventualité envisagée depuis longtemps Hajatiana Rasolomanana, directeur des hydrocarbures, a pris le relais. Pour lui, les choses sont claires et sans équivoque. Le président de la République voulait que ces prix baissent, et ils baisseront. Il dévoile même que les pétroliers sont encore loin du compte. Cela veut-il dire qu’ils ont accepté le principe de cette décrue, mais dans une certaine limite ? Avant lui, des économistes pro-Andry Rajoelina ont fait une démonstration par l’absurde pour vanter les mérites présidentiels.

Cardinal Désiré Tsarahazana – Préoccupé

Moins emballé par les « strass et paillettes », la politique cosmétique des dirigeants, le cardinal Désiré Tsarahazana
a d’autres soucis. La pauvreté de la population dans un pays pétri de richesses naturelles. Comme tant d’experts économiques et financiers du monde entier, il s’interroge sur l’origine d’un tel paradoxe inexplicable et incompréhensible. Il déplore que des valeurs et des vertus comme l’esprit de solidarité et d’entraide, auxquelles les Malgaches étaient rattachés, aient été oubliés au profit du chacun pour soi. Avant de déplorer cette lamentable attitude de détruire les biens communs. Comme les routes ou les infrastructures publiques. Il prône aux chrétiens une conduite digne de leur rang dans une société ruinée et rongée par des maux profonds. Cette sortie
médiatique du cardinal Désiré Tsarahazana, la première depuis son ordination par le Pape François, résonne comme un rappel à l’ordre aux actuels tenants du pouvoir. Embarqués qu’ils sont vers le paraître, ils oublient souvent l’essentiel.