Social

Andrianjaka Raonison – « Lire, une nécessité absolue »

Andrianjaka Raonison Directeur des Bibliothèques

Andrianjaka Raonison est en charge de la bibliothèque nationale à Anosy ainsi
que des bibliothèques dans tout Madagascar. Appuyant le projet de lecture
publique, la bibliothèque appuie aussi la production des livres malgaches

 Comment trouvez vous les manifestations littéraires et culturelles organisées de ce genre ?

Pour nous, c’est une suite des activités qui ont commencé lors de la journée mondiale du livre et des droits d’auteurs, le 23 avril dernier. Nous avons comme objectif de raviver la chaîne du livre et de sensibiliser la population pour la lecture publique. Donc, pour nous, c’est une grande opportunité culturelle.

 A part Mahajanga, avez-vous d’autres projets dans d’autres régions pour la promotion des bibliothèques? 

Nous visons toutes les régions de Madagascar. Il y aura une visite des bibliothèques sur l’axe RN5, Marovoay et Maevatanana. En ce moment, nous sommes en train d’élaborer la cartographie pour recenser toutes les bibliothèques dans toutes l’Ile. En effet, les gens se plaignent qu’il n’y a pas assez de livre mais maintenant que nous faisons ce recensement, nous nous rendons compte que ce sont les gens qui ne prennent pas l’initiative d’aller dans les bibliothèques.
Madagascar dispose de nombreux ouvrages. C’est la raison pour laquelle le Ministère de la Culture et de la Communication adopte une approche différente, dans un sens où ce sont les livres qui sortent des bibliothèques et s’approchent du public. Dans quelque mois, nous aurons le nombre exact des bibliothèques dans toute l’Ïle.

 Qu’en est il du projet de numérisation qui a fait polémique récemment? 

D’abord, j’aimerai faire une distinction entre « Ndao amaky boky », qui est un projet ministériel pour promouvoir la lecture publique et entre le projet de numérisation. « Ndao hamaky boky » est une sensibilisation de masse pour que les gens puissent aimer les livres et la lecture. Tandis que le projet de numérisation fait partie des chantiers internes de la bibliothèque nationale. Nous avons trois chantiers: inventaire, informatisation et numérisation. L’inventaire consiste à savoir combien sont les livres et les documents dont dispose la bibliothèque, pour pouvoir mieux les archiver. En effet cela fait des années que des inventaires n’ont pas été fait au sein de la bibliothèque. On ignore combien sont les livres qui sont présents et cette inventaire est essentielle dans le bon fonctionnement de la bibliothèque. L’informatisation aide techniquement  dans la recherche des documents à travers un catalogue numérique. Les catalogues papiers prennent énormément de temps. Enfin, la numérisation qui consiste à numériser les archives documentaires en mauvais état au sein de la bibliothèque nationale. C’est une manière de les conserver, pour qu’ils ne soient pas abîmés car il y a des documents qui n’existent qu’au sein de la bibliothèque nationale.

Mampianina Randria