Actualites Ils ont marqué la semaine

Faniry Ernaivo : En chute libre

Le 31 octobre de l’an passé au stade de Mahamasina. En compagnie de quelques candidats anti-élection présidentielle, Faniry Ernaivo, à l’époque présidente du Syndicat des magistrats de Madagascar, SMM, s’en est pris aux éléments des forces de l’ordre venus sécuriser leur meeting. « Pourquoi ne pas en faire de même pour le candidat numéro 13- Andry Rajoelina- au lieu de nous terroriser. Je n’ai pas peur d’être arrêtée. D’autant que les femmes ne sont pas envoyées à la Maison de force de Tsiafahy. Je souhaite que vous, les membres des forces de l’ordre, périssiez sous les moellons comme les trois inspecteurs de police victimes de la vindicte populaire
à Fénérive-Est », a-t-elle craché derrière son micro.

Faniry Ernaivo, une année plus tard, a été révoquée du Corps des magistrats par le Conseil supérieur de la magistrature, CSM. Des propos jugés blasphématoires et indignes de son rang, ont déshonoré Faniry Ernaivo. En fait, elle n’a pas supporté les succès populaires remportés par le candidat Andry Rajoelina dans ses déplacements partout à Madagascar. Elle a disjoncté.