Actualites Le Semainier Opinions

L’avenir dans l’éducation

Le thème de la Journée internationale de la Jeunesse « Transformer l’éducation » répond à l’Objectif du développement durable numéro 4 qui énonce «Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie».

Le ministère de l’Éducation nationale et de l’enseignement technique et professionnel décrit clairement dans son document cadre « Plan sectoriel de l’éducation » (PSE) les objectifs de la « réforme curriculaire, qui reposent sur la maîtrise de la lecture, l’écriture et les bases de mathématiques au bout des trois premières années d’études de perfectionnement des raisonnements scientifiques, de l’éducation à la citoyenneté, environnementales… et de la disposition des connaissances et des capacités requises pour apprendre tout au long de la vie». Et les questions se posent si cette éducation aidera les jeunes à répondre à l’attente de la société malgache. Ils ont des rêves, leurs idéaux, leurs visions, ils se sentent libres, mais face au système éducatif dans lequel ils sont moulés, ils croient avoir la maigre chance de s’en sortir. Ils ont peur et appréhendent qu’ils sont juste des « cobayes » de la réforme dont ils ne savent plus si elle a déjà commencé, si elle s’opère déjà ou bientôt. Ils perdent leur repère et ignorent si cette éducation pourra, un jour, garantir leur promotion sociale et l’accès à l’emploi. Grâce à l’éducation, les jeunes peuvent approfondir leurs connaissances, améliorer leurs compétences, forger leurs comportements et attitudes.

Les parents disent qu’un jeune non diplômé aura du mal à trouver du travail. Ceux qui ne parviennent pas à achever leur secondaire, à décrocher leurs CEPE, BEPC et baccalauréat se sentent stigmatisés, repoussés voire rejetés. Ils ne lâchent pas prise, s’inscrivent dans les cours professionnels, créent leurs propres entreprises et des emplois pour récupérer ceux qui ont échoué dans le système formel et élitiste.

Les jeunes d’aujourd’hui rencontrent différents problèmes. Or, ce seront les professionnels, les dirigeants de demain. Ils vont connaître et subir des changements, une fois engagés dans la responsabilité parentale, dans le cercle professionnel. Sont-ils bien armés pour faire face aux diverses exigences de la société ? Oui, si le gouvernement répond aux besoins des parents et des jeunes en leur offrant un programme d’éducation, d’enseignement et de formation adéquat à l’emploi.