Actualites Divers

Antananarivo – Les tensions montent face à la pénurie d’eau

Avoir un peu d’eau devient un luxe pour la population tananarivienne, depuis quelques semaines. La semaine dernière a été mouvementée par la manifestation dans le quartier d’Antsahameva jusqu’à une coupure qui s’est généralisée vers d’autres quartiers comme à Andoharanofotsy, Iavoloha, et beaucoup d’autres. Le problème a commencé par la multiplication de la fréquence de la coupure jusqu’à ce que le robinet soit à sec durant quelques jours. C’est le cas du fokontany d’Antsahameva. Ce fokontany est resté une semaine sans eau. Ce qui a entraîné l’implosion de la semaine dernière. « Durant une semaine, nous avons été obligés de puiser de l’eau dans les rizières ou de prendre d’autres alternatives comme l’achat à 2000 ariary pour un bidon qui revient trop cher », regrette Lala, mère de famille lors de la manifestation à Antsahameva. L’eau faisant partie intégrante de la vie quotidienne. Les coupures avaient chamboulé le quotidien des tananariviens. « Nous préférons de loin le délestage à la coupure d’eau puisque notre vie quotidienne dépend essentiellement de l’eau pour la toilette, la vaisselle, le jardinage. Depuis que l’eau a été coupée, nous avions été obligés de dépenser plus par l’achat d’un bidon à 2000 ariary », ajoute cette mère de famille. L’explication qui a été donnée par rapport au problème d’Antsahameva était la pression qui était en baisse durant la période sèche où une panne au niveau de la station de captage d’Ankadivoribe.

Citernes immobiles à la rescousse

De leur côté, des pistes de solutions ont été avancées par la JIRAMA pour résoudre les problèmes d’approvisionnement en eau dans la capitale. Pour l’heure, des camions-citernes immobiles, ayant une capacité de 5 à 10 m3 ont été mobilisées dans les quartiers touchés par les coupures. C’est le cas pour la zone Sud dont Andoharanofotsy, Tanjombato mais également dans la zone Est telle que Antsahameva et Tsiadana et Ankatso. Les abonnés devraient tout de même acheter par litre l’eau délivrée dans les camions-citernes immobiles contrairement au précédent ravitaillement. Des concertations seront également engagées entre les responsables de la JIRAMA et la personne responsable de la distribution. Dans un communiqué, il a été établi que la Jirama avance que la station de pompage d’Amoronankona serait opérationnelle d’ici quelques semaines en résolvant, une bonne fois pour toute, ce problème fréquent de l’eau. Pour la zone Ouest d’Antananarivo, un projet de six forages à Ambohidrapeto a été évoqué durant la table ronde du ministre de l’énergie, de l’Eau et des Hydrocarbures et les responsables de la JIRAMA. Un test du débit d’eau a été effectué la semaine dernière.