Ils ont marqué la semaine

Évariste Marson Le retour

Perdu des radars politiques des années durant, Évariste Marson revient sur le devant de la scène. Pour annoncer l’alignement de son parti, le RPSD, variante du PSD après son implosion, au programme IEM d’Andry Rajoelina. Une prise de position qui confirme, si besoin est, que les dissensions au sein de la famille politique du Père de l’Indépendance, Philibert Tsiranana, la sociale démocratie, sont loin d’être aplanies. Évariste Marson, ministre des Finances au sein du gouvernement de Me Francisque Ravony, aurait dû soutenir la candidature d’Eliane Bezaza, petite-fille de Philibert Tsiranana. Qui veut restaurer la dignité des Malgaches comme du temps de la première République où ils vivaient mieux. Le subit réveil d’Évariste Marson suscite des interrogations sur ses réelles visées. Grand commis de l’État, il peut toujours reprendre du service au cas où la vague orange emporte tout sur son passage.

James Andrianalisoa-Faux pas
James Andrianalisoa, directeur de l’Aviation civile de Madagascar, ACM, a raison d’être strict et rigoureux sur les questions sécuritaires des aéronefs survolant le territoire national.
Mais imposer et rappeler ces contraintes à deux jours de l’ouverture de la campagne pour la présidentielle, lésant les uns et favorisant les autres, aura été un mauvais timing de sa part. Cela ne justifie pas non plus l’attitude dictatoriale du Premier ministre Christian Ntsay qui a fait de la neutralité de l’Administration son souci permanent. Une immixtion dans un domaine ultrasensible. Il a démontré alors qu’il sort vraiment des moules du Mapar, habitué aux manières fortes pour parvenir à ses fins. Mais cette intention de James Andrianalisoa de tout régulariser a été dénoncée sur le Parvis de l’Hôtel de ville, au mois d’avril, durant les meetings quotidiens des « 73 députés pour le changement ». N’a-t-il pas eu vent d’une possible contestation?