Actualites Opinions Santé

Parasitose

La parasitose intestinale est l’atteinte de l’appareil digestif par les parasites communément appelés les vers.

ticulièrement au niveau des pays en voie de développement où l’hygiène est précaire. L’enfant atteint de parasitose a besoin d’une prise en charge régulière sinon il y a retard de développement.

L’oxyurose

C’est l’infestation intestinale par l’Enterobius vermicularis. Les œufs embryonnés sont excrétés dans les selles. L’auto infestation se fait par la mise en bouche de doigts souillés après le grattage de la région anale. La transmission familiale et aux autres enfants des milieux scolaires se fait indirectement par les vêtements, la literie ou par les mains souillées. L’oxyurose se manifeste par un prurit anal essentiellement le soir au moment du coucher Chez l’enfant. Il y a possibilité de troubles du comportement : irritabilité, cauchemars et insomnies ainsi que des douleurs abdominales et de Diarrhées. Chez les petites filles, l’atteinte vulvaire est possible.

Ascaridiose

Le parasite est appelé Ascaris lumbricoides. Le mâle peut mesurer jusqu’à 15 cm et la femelle jusqu’à 20 cm. Sa particularité est l’existence de symptômes pulmonaires précoces avant les symptômes intestinaux. En effet, les œufs ingérés à partir des aliments souillés éclosent, libèrent les larves qui vont traverser la paroi intestinale, passent dans le sang puis le foie et le cœur. Elles vont ensuite migrer dans les poumons, remontent au niveau des voies respiratoires supérieures, où elles vont être dégluties pour repasser dans le tube digestif. En général, l’ascaridiose est asymptomatique. À leur passage au niveau pulmonaire, des toux sèches, voire une dyspnée et des expectorations sont possibles, accompagnées de fièvre. Cette phase peut durer environ 15 jours. Au niveau digestif, il y a douleurs abdominales, diarrhées, nausées. Les complications chirurgicales telle une occlusion intestinale ou une perforation sont possibles. L’expulsion par voie orale, nasale ou anale du ver adulte n’est pas rare en cas d’infestation massive

Teaniasis

Il existe deux espèces le Teania saginata et le Teania solium. Ce dernier, celui du porc, peut donner la cysticercose. Ils sont formés par l’association d’anneaux. Excrétés dans les selles, les anneaux libèrent les œufs. Pour être matures, les œufs devront passer par des hôtes intermédiaires qui sont les bovins ou les porcins. L’homme s’infeste par l’ingestion de porc ou de bœuf infesté, mal cuit. L’ingestion de selles infestées par l’homme peut donner la cysticercose. Le teaniasis est souvent symptomatique. Il y a rarement de douleurs abdominales, de nausées, et des troubles de l’appétit.

Autres : amibiase et lambliase

ils se manifestent souvent par des douleurs abdominales ou des diarrhées afécales mais faites de sang et de mucus.

Diagnostic, traitement et prophyllaxie

Le diagnostic repose sur la mise en évidence, soit directement du parasite soit des œufs dans les selles. Le scotch test consiste à mettre un fragment de ruban adhésif transparent sur les plis de l’anus, le matin, de préférence avant la toilette et avant défécation. Le scotch enlevé sera examiné directement ou au microscope. Le traitement est la prise unique d’antiparasitaire genre albendazole ou praziquantel ou dans les autres cas le Métronidazole.La prophylaxie réside sur les mesures d’hygiène. Le lavage des mains après défécation et avant les repas, brossage et coupage des ongles régulièrement sont indispensables. La propreté des aliments est requise. Il faut éviter de consommer de la viande crue ou peu cuite comme les viandes fumées. Le contrôle des abattoirs par les vétérinaires doit être bien respecté. Il faut de préférence peler les fruits et légumes. La lutte contre le péril fécal à plus grande et le traitement des eaux sont nécessaire. Le traitement des sujets infectés et de leur environnement est primordial. La prophylaxie par les antiparasitaires régulières est nécessaire pour les pays comme Madagascar.