Actualites Politique

pêle-mêle

Jean de Dieu Maharante
Sauvé par le gong
Il a gagné haut la main la palme d’or du ministre le plus contesté du gouvernement de Christian Ntsay. Honni par les administrateurs civils à la Fonction publique, Jean de Dieu Maharante a été muté au ministère des Postes, des télécommunications et développement numérique. Il a été accueilli par « un barrage », sa spécialité, à l’entrée de son bureau. Une grève a éclaté parmi le personnel. Mais la nomination de Briand Andrianirina, un homme de dialogue, comme secrétaire général, a apaisé la tension sociale. Le tout après une rencontre au sommet des protagonistes à la primature. Jean de Dieu Maharante incarne à la perfection le caméléon politique, une espèce endémique de la Grande île, en voie d’apparition. Courtisan et matelot de l’Amiral Didier Ratsiraka, fan du DJ Andry Rajoelina, il est aujourd’hui un thuriféraire impénitent de l’expert-comptable. Comment un tel personnage peut-il encore jouir d’une quelconque crédibilité dans le milieu politique ?

 

Jirama
Court-circuiter la corruption
La Jirama semble avoir trouvé la voie qui va la mener de l’obscurité à la lumière, que des soupçons de corruption se font jour. Sur les demandes de connexion à l’électricité. Le ministre de l’Énergie et des hydrocarbures, Lantoniaina Rasoelison, en est conscient. Des requêtes récentes sont satisfaites bien avant celles déposées depuis des années. Par le nombre insuffisant des compteurs disponibles. Il a été alors décidé de former « le cercle de gouvernance » au sein du ministère de tutelle pour mâter les velléités malfaisantes. L’engagement solennel a été signé devant le directeur général du Bianco, Jean Louis Andriamifidy. Qui a souligné que la lutte contre la corruption piétine et patine par le retard de la mise en place du cadre juridique. Et par la lenteur dans la publication des décrets d’application des textes de lois déjà adoptés.

 

Pasteur Mailhol
La divine surprise ?
La liste officielle des partants pour le « Grand prix d’Iavoloha » n’est pas encore sortie. Loin s’en faut. Mais des analystes se hasardent déjà à évaluer les chances des uns et des autres prétendants déclarés à passer le cap du premier tour. Ils arrivent à la conclusion selon laquelle le pasteur Mailhol pourrait créer uns belle sensation à ses ouailles. Celles-ci, par l’endoctrinement des années durant, ont été fanatisées, vont voter à l’aveuglette pour « leur guide suprême ». Au contraire de l’électorat des autres, instable et précaire, changeant au gré des jeux d’alliance. Des fidèles des «  Églises émergentes » seraient des alliés potentiels pour lui. En plus, les « filiales » de l’Église de l’Apocalypse sont présentes même dans les Fokontany  les plus éloignés. Enfin, le fantasque pasteur aux théories bibliques contestables, souvent diaboliques, affirme être soutenu par une grande puissance antioccidentale

Par Eric Ranjalahy