Reportage

FIER MADA – Entre difficultés  et débrouillardise

La vingtième édition de la Foire internationale de l’économie rurale de Madagascar (FIER-MADA)  organisée du 1er au 5 août a démontré que le développement économique du monde rural avance mais rencontre à la fois des obstacles majeurs. La recherche d’une meilleure vie économique passe par la transformation et la recherche de nouveaux marchés. Mais l’État est indiqué comme peu présent dans la vie paysanne

La foire est à sa vingtième année.
Le président de l’organisation de cet événement économique du monde rural se défend si l’on n’apporte que des jugements hâtifs comme quoi il n’avance pas. « Si je suis là depuis vingt ans à organiser cette rencontre hautement économique, c’est que beaucoup ont trouvé des bénéfices et on pu améliorer leur activité. Mais la FIER-MADA est encore organisée car des échanges et des rencontres ainsi que des recherches perpétuelles d’amélioration se font encore sentir », explique Jacques Ramanantsoa, président de la foire.
La conférence sur des thèmes ouverts a fait ressortir les ressentiments des paysans. « Nous faisons face à des problèmes grave d’insécurité, nous obligeant à fuir nos terres. Alors qu’elles sont fertiles », indique Rainikito, agriculteur de maïs à Mandoto, la région du Moyen ouest, participant depuis huit ans à la FIER- MADA. « Je ne demande que de l’eau pour nos terres et je peux vous assurer que la région Androy peut faire nourrir tout le pays », avance Mahaliana, agriculteur venant d’Ambovombe Androy. « Notre élevage de poissons est menacé par des bestioles, jusqu’ici inconnus », relate Tokiniana de la Région Ihorombe.  Tous ont été unanimes sur le fait que l’État, le ministère de l’Agriculture et de l’’élevage ainsi que celui du Commerce et de la consommation, se soucient peu de leur sort.
Aucun représentant n’est venu malgré les innombrables invitations.

Innovation
Quatre-cent stands ont été érigés au stade Maki d’Andohatapenaka pour cette vingtième édition. Les programmes étatiques pour le développement rural ont été massivement présents. AROPA, AFRICA RICE, FOFIFA, PROSPERER si l’on ne cite que ceux-là, ont démontré leur appui aux agriculteurs, éleveurs,
animateurs d’organisation paysanne.
De l’autre côté, les initiatives privées fleurissent. Notamment dans la confiserie, la transformation de fruits, et de produits naturels pour l’esthétique.
L’association Lanja Miakatra, issue originellement de la région Itasy, s’éparpille et améliore des vies. « Nous appuyons les paysans à développer leurs activités, dépendant des disponibilités locales. Lanja Miakatra n’est pas cadrée par la loi 60-133, mais une association libre. Nous jugeons que les paysans sont déjà en difficulté financière et les obliger à se réunir et payer des cotisations n’est pas une bonne stratégie », explique le président de l’association libre, Basile Ranaivoarison, dit « Papa Bio ». Quelques trois cent membres s’entraident dans les moyens, la recherche de débouchés, la fixation de prix. Et apparemment, le commerce solidaire marche. L’association vulgarise la culture bio.

Les stands des régions connaissent de l’affluence

La petite entreprise Fiombonana, dont le leader, le jeune Tahiana ayant réussi au concours Anzisha Prize en 2016, s’est développée. Sirop au fruit naturel, chocolat, fromage remplissent le stand de l’entreprise.  « Je suis passé par des moments pas faciles mais je peux dire que je relève la tête », explique Tahiana. Il a notamment innové dans le packaging. La société open flex le soutient dans l’utilisation des logiciels de gestion pour sa petite entreprise.  Des supports mobiles sont conçus pour un marketing de proximité. Les fromages « Fy deliko » connait une nette avancée et sont déjà empaquetés tels les fromages La vache qui rit.
Le sirop de fruit naturel aux divers goûts, est très prisé. De même que les chocolats proposés en petits morceaux.

Mirana Ihariliva
Photos Claude Rakotobe