Rencontre

Ravaka Océane Andriamanoelison

La vingtaine, Ravaka Océane Andriamanoelison, crée des petits projets qui lui tiennent à cœur. Elle avoue n’avoir rien fait, adolescente, mais la participation à un camp lui a ouvert les yeux

Chamboulement total. Réservée et discrète, Ravaka Océane Andriamanoelison, étudiante à l’Institut national de l’hôtellerie (INTH) avoue avoir vécu dans son cocon pendant des années. Après le baccalauréat, elle s’est inscrite au concours d’entrée dans la filière droit. Elle a aussi réussi son examen à l’INTH. Elle devait faire un choix et elle a préféré embrasser des études en tourisme. Le contact avec le monde extérieur l’a changée.   »Je n’ai que mon téléphone et j’ai passé la majeure partie de ma vie sur Facebook.
La lecture ne me passionne même pas. Il y a deux ans, j’ai participé au Camp excell et cela m’a aidée à m’ouvrir sur d’autres horizons. Je me suis dit que je dois faire quelque chose pour mon pays », lance-t-elle. Pendant neuf jours
à Mantasoa, Ravaka a approfondi l’apprentissage de la langue anglaise, s’est initiée au leadership et au service
à base communautaire aux côtés des autres jeunes âgés de moins de 25 ans.
Elle prépare actuellement sa licence en entrepreneuriat du tourisme et de l’hôtellerie et entend réaliser quelques projets dont la création d’une association et la construction d’un village de vacances à Mahajanga.  »Pourquoi Mahajanga. Il s’agit de la première destination des vacanciers. Je pense dédier des vacances abordables aux familles malgaches et créer des emplois en offrant des opportunités aux analphabètes. Je trouve que dans notre société, les éduqués dressent une barrière et discriminent les autres. Tout le monde peut aider et tout le monde mérite d’être soutenu », confie-t-elle. Cette jeune femme, adepte du bénévolat croit que les illustrés méritent un travail décent. Elle confiera les postes à responsabilité aux personnes qualifiées et compétentes et les autres exécuteront les tâches, puisque la construction de l’hébergement, la restauration et même les transports déploieront plusieurs mains d’œuvre. Cette idée lui est parvenue après des séjours à Nosy-Be. Elle voit la beauté des infrastructures, des plages et souhaite que les Malgaches passent de bonnes vacances dans un endroit ensoleillé sans dépenser beaucoup d’argent.

Active
Après une reconversion, Ravaka a décidé de prendre des cours de danse de couple, et d’études biblique au Bible study fellowship à Rasalama.  »Toute chose se produit pour une raison et Dieu ne nous charge jamais d’un fardeau que nous ne supportons pas. Que ce soit une réussite, soit un échec, il y a une raison. J’ai alors retenu un leitmotiv se résumant en aide aux autres à réaliser leurs rêves et tu réaliseras les tiens », témoigne celle qui partage ses rêves, ses opinions et ses projets dans son blog Stardust Madagascar. En tant que bénévole, elle prête main forte aux associations qui défendent les Droits de l’homme, dont une qui lutte contre la traite des êtres humains et l’Association des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT) de Madagascar. Le droit fait alors objet d’une formation sur le tas.
De plus, pour se débarrasser de son complexe, elle s’initie à la danse.  »Auparavant, je me sentais faible, j’avais peur. Il y a ceux qui vous surpassent, il y a ceux se trouvent au bas de l’échelle. Ils essaient tous de trouver une issue. Pour avoir  plus de confiance, je me suis inscrite dans une école de danse et j’apprécie  la danse de couple et le style afro. On se sent soi-même lorsque son corps s’exprime et surtout quand on fait quelque chose que l’on aime vraiment. À chacun son rythme et on peut évoluer. Pratiquez ce dont vous rêver et il n’est jamais trop tard pour commencer », professe-t-elle.
Ravaka s’est ressaisie. Elle s’investit  aussi dans  le kickboxing pour garder la forme mais espère aller
loin avec la danse et rêve de s’inscrire aux compétitions.

Farah Raharijaona