#7 Actualites Reportage

Teenagers – Les Fastfoods attirent les jeunes

Que ce soit au restaurant, au fast-food ou au café les jeunes aiment se retrouver dans un coin bien à eux. Manger en dehors de la maison est devenu une habitude, mais surtout une passion pour les ados.

Les endroits pour se retrouver entre copains ne manquent généralement pas autour des établissements scolaires et à chaque coin de rue. Ils s’y retrouvent en bande, y passent beaucoup de temps. C’est le point de rencontre d’un grand nombre d’adolescents. Un lieu incontournable pour se retrouver et papoter autour de quelques verres, crudités et frites. Les bistrots, fastfoods… sont également considérés comme un lieu de rencontre et de convivialité. C’est essentiel pour l’adolescent, afin de se construire parmi ses pairs, de faire l’apprentissage de son autonomie, de s’approprier culturellement le point de rendez-vous d’ados, devenu une sorte de bistrot contemporain pour sa sociabilité. « Nous allons plutôt au fast-food plutôt pour passer un moment convivial et moins pour la nourriture. Nous nous réunissons autour d’une table pour discuter de tout et de rien, prendre des selfies pour marquer le moment », déclare Mihanta Ramarokoto.

Mynah Angela Herivola

« Hormis le fait que c’est un lieu de rendez-vous, les restaurants rapides et les fastfoods sont appréciés pour leur service rapide. En quelques minutes, vous obtenez une nourriture dont la chaleur dure une heure ou que vous pouvez déguster sur place pendant vingt minutes, entre la queue et le repas. De plus, on en trouve dans chaque quartier car ils sont pratiquement partout. Sur les autoroutes comme dans les centres urbains. Cependant, nous habitons un peu loin de la grande ville et j’aimerais bien qu’il y ait des fast-foods près de chez nous. »

Miranto Lantoniana

« Ce que j’aime surtout dans les restaurants rapides, c’est manger des kebabs ou encore de la pizza. J’y vais avec mes copines ou j’en commande pour une soirée-film avec mes grandes sœurs. C’est facile à manger et c’est sain. Je goûte de tout, les pâtes, les glaces. Parfois, j’en achète à emporter, c’est très pratique, mais c’est un peu cher. Du coup, j’économise mon argent de poche pour qu’à mon prochain achat, je puisse acquérir d’autres plats»

Mihanta Ramarokoto

«J’aime les restos-rapides car moi je pense qu’ils font bien leur leur communication! Et c’est très fonctionnel et convivial car on peut s’asseoir, on mange avec les doigts et l’ambiance est assez jeune. Pour moi, il n’existe probablement pas d’endroit en ville pour  se rassasier si ce n’est dans les fast foods. Aller dans ces endroits depuis que j’ y ai mis mes pieds,  englobe, bien autre chose que d’aller calmer sa faim ou goûter de nouveaux plats.»

Endroit attrayant

Pour les jeunes, ces endroits leur permettent de se construire un environnement familier et serein qui restent ouverts à l’animation, et qui autorisent un contact diffus avec un tissu social élargi. C’est pourquoi les petits restaurants ou encore les fast-foods sont aujourd’hui imbattables grâce aux services proposés par les propriétaires les parkings, tables au rez-de-chaussée, les toilettes, des tables aussi larges que stables… Le tout baignant dans une atmosphère assez lumineuse avec une prise de commande simplifiée et un comptoir où de nombreux employés sont disponibles sur demande. Bref, les jeunes aiment grignoter un kebab, un sandwich… dans les restaurants rapides entre amis, parce que c’est un moment à eux, un instant de partage entre potes. Mais en famille, pas question pour eux de manger un hamburger.

À l’école

La plupart des jeunes lycéens n’aiment pas la cantine. Plutôt que d’attendre les services, ils préfèrent acheter des sandwichs, salades et autres boissons au snack proche du lycée et pique-niquer dans la rue ou grignoter au fastfood d’à côté. « Quand je suis avec des amis, je vais dans les fastfoods. C’est pratique, rapide et cela permet d’avoir du temps pour faire autre chose », déclare Liantsoa Rabe, une lycéenne. « Nous en avons pour quinze à trente minutes. Si nous restons manger au lycée, nous ne pouvons pas sortir du tout », ajoute-t-elle.