Ils ont marqué la semaine

Ils ont marqué la semaine

Jean Eric Rakotoarisoa – Nationaliste

Était-il venu à la fête du Nouvel an malgache à Ambohitrabiby, en tant que représentant officiel de l’État ou en son nom personnel? La présence du président de la Haute cour constitutionnelle, HCC, Jean Eric Rakotoarisoa, à une cérémonie qui fait encore l’objet de contestation de la part d’autres entités, a surpris et intrigué. Comme les discussions sur une date unique de célébration vont avoir lieu sous l’égide des autorités, il est fort probable qu’il a honoré ce rituel par ses propres convictions. Dans son discours après la proclamation officielle des résultats du second tour de la présidentielle, au siège de la HCC à Ambohidahy, il s’est adressé au vainqueur, Andry Rajoelina, par des termes pleins d’ambiguïté. Il a suggéré de revenir aux valeurs ancestrales, aux sagesses authentiques et à la culture nationale. Dans la foulée, il a interdit bible et culte à l’investiture d’Andry Rajoelina au stade de Mahamasina. Le christianisme a toujours été désigné comme le prélude à la colonisation. Jean Eric Rakotoarisoa a dévoilé une autre facette de sa personnalité.

Jean Claude Razaranaina – Réapparition

La dernière fois qu’on entendait parler de lui, c’était le 30 mars 2016. Quand Hery Rajaonarimampianina l’a remplacé par Lamina Boto Tsara Dia, à la direction générale du Samifin, le service des renseignements financiers. Le professeur Jean Claude Razaranaina a « épuisé » ses deux mandats légaux, mais d’autres sources affirmaient à l’époque, que ses performances dans la traque de « l’argent sale » n’ont pas trop emballé Hery Rajaonarimampianina, dans le bilan qu’il a présenté quelques jours plus tôt. Le régime HVM était décidé à persécuter les financiers d’Andry Rajoelina pour que celui-ci n’ose plus remettre les pieds au pays. Une stratégie qui a mal tourné, le « samedi noir » du 21 avril ayant sonné le glas des « Cravates bleues ». Jean Claude Razaranaina a attendu son heure pour refaire parler de lui. Il se présente aux législatives à Fianarantsoa sous les couleurs de l’IRD, les candidats bénis par Andry Rajoelina. Pour l’ensemble de ses œuvres, thèses, mémoires… il a obtenu le grade le plus élevé des distinctions honorifiques. De quoi rameuter ses partisans emportés par un tourbillon d’enthousiasme.