Culture

Animation – Jeneraly accumule les galons

Chaque nouveau rendez-vous est synonyme d’un nouveau succès. Au fil des années, après le décès de son leader Ghaby, la formation tananarivienne maintient sa notoriété et confirme sa performance.
Sachant assurer l’essentiel durant chaque prestation, son effectif bien soudé et cohérent est à la hauteur des attentes de ses fidèles fans. Les multiples et récentes apparitions scéniques dans la capitale révèlent bien
la maturité des membres de ce dynamique groupe. Ceux-ci parviennent à garder la réputation et la popularité de leur formation. Sa dernière animation en version cabaret au Karibotel à Analakely, dans la soirée du 5 avril, s’est déroulée avec un grand succès. Avec Andy en lead vocal, bien entouré de talentueux musiciens, le soulagement et la satisfaction ont été au rendez-vous du côté des nombreux noctambules présents dans la salle. Le temps de savourer à nouveau quelques extraits des tubes revisités à cette occasion et que l’assistance a souvent repris en chœur. Le lien qui relie les membres du groupe et le public est loin d’être coupé. Au contraire, il devient davantage solide. Au fil des années, la réciprocité et la fidélité n’ont cessé de s’amplifier entre les deux parties.

Chansons éternelles
Le groupe Jeneraly, plus haut et plus efficace, a su offrir un rythme à vive allure en revisitant ses meilleurs tubes. Pour l’assistance, c’était à nouveau la bonne occasion d’apprécier les « vazo tsy tontan’ny ela » ou les chansons classées éternelles regroupées dans le répertoire de ce groupe: Ny toaka, Frère Jacques, Dada vaovao, Canapé, Isika roa, Dadabe, Ny aty aminay, Ilay vehivaviko, Françoise, Diavolana, Hirahira kalokalo, Nofy tafahoatra, Aza manadino ahy, Any aoriana elabe, Dada malala, Divorsa, Ilay nofinofy, Hihira aho, Izany vehivavy izany… Il répond toujours disponible et opérationnel. Avec Jeneraly à l’affiche, le public peut se réjouir à l’avance d’une ambiance assurée que les acteurs sur scène sont très capables de partager.

Textes: Jean Paul Lucien – Photos: L’Express de Madagascar 

Editorial