Non classé

Andriann, la beauté du ragga dance hall

Pour les adeptes du Ragga Dance Hall, le nom Andriann incarne tout ce qui va avec la musique au Jamaïque aujourd’hui. Andrianina Herinjatovo Tahirisoa, une chanteuse de 21 ans, est la preuve qu’une jeune femme peut créer une base de fans, du jour au lendemain.
Portrait d’une prêtresse de la musique jamaïcaine

Se lancer dans l’arène et s’imposer comme l’une des rares artistes féminines dans l’univers du dancehall à Madagascar.
Andrianina Herinjatovo Tahirisoa, alias Andriann espère prouver que les femmes ont leur place dans cet univers réservé aux hommes. Depuis trois ans, la belle jeune femme trace son petit bout de chemin dans la musique Ragga dance hall. Se sentant à l’aise quand elle est plongée dans cet univers et prenant de plus en plus goût à ce qu’elle fait, la jeune artiste décide de mettre sur pied quelques projets musicaux. Sa rencontre avec l’artiste Kougar sera déterminante. Tel un mentor, ce dernier la guide et lui propose même de la soutenir dans divers projets, dont la réalisation d’un album solo intitulé « Ny hirako ». C’est avec ce soutien qu’elle a su créer un succès au sein de la communauté du dancehall parmi ses homologues féminins, tout en étant victime de rumeurs salaces que beaucoup espèrent pouvoir faire dérailler sa montée inégalée vers la célébrité.

Une première
Depuis son premier single, « Ny hirako », « She’s » et « Mitempo », une chanson en collaboration avec le chanteur Kougar, tout le monde a été immédiatement surpris par le contraste de son image, de son personnage et de son timbre. Elle s’est rapidement retrouvée à marcher sur une corde raide où elle doit rester centrée sur son parcours musical sans laisser le poids de la gloire envahir son espace créatif et en essayant d’inspirer la prochaine vague d’artistes en herbe, comme elle, à la pointe de la suprématie du ragga dancehall.

Fortuit

Belle, charmante et talentueuse, au milieu de tout cela, Andrianina Herinjatovo Tahirisoa dégage un sens surnaturel qui, lorsqu’il est associé à sa gamme vocale à multiples facettes et à son rendu, se transforme en un personnage imprévisible.
Son image, sa personnalité et ses sélections de chansons ne correspondent pas exactement, mais cela fonctionne pour elle. Elle ne peut tout simplement pas être étudiée, mais ses fans savent qu’elle livre toujours la meilleure version d’elle-même à chaque fois.
Inspirée par les voix féminines internationales telles que Spice, ou encore Shay, la chanteuse ne compte nullement changer de registre. Elle veut s’imposer dans le milieu du dancehall et prouver que les femmes ont le même potentiel de réussir que les hommes. En ce moment, elle est en train de peaufiner le clip vidéo de son dernier titre intitulé « Lamina ».

Sitraka Rakotobe – Photo : ADR