Economie

Parcours professionnel – Le métier d’expert comptable à Madagascar

Bruno Razananirina un des rares expert comptable du pays

L’expertise comptable paraît comme un domaine lié au monde des entreprises. Beaucoup de jeunes souhaitent exercer ce métier, mais se trouvent à court de repères. Bruno Razananirina, président d’honneur de l’Ordre des Experts comptables et financiers de Madagascar, aborde les entrailles de ce métier prisé, mais assez méconnu du grand public

« Il y a plusieurs facettes dans le métier d’expert comptable. D’une part, tout ce qui touche à la comptabilité ramène à la fonction même de l’expert comptable. D’autre part, un expert comptable peut servir également d’auditeur et de commissaire aux comptes au niveau d’une société. Le domaine du conseil fait également partie du travail de l’expert comptable : dans une entreprise, il peut tenir le rôle de conseiller juridique et peut accompagner en recherche de financements et en création de nouvelles entreprises », explique Bruno Razananirina, expert-comptable en exercice et dirigeant du cabinet Etika. L’expertise comptable requiert au préalable une connaissance suffisante en comptabilité. Il faut alors privilégier un cursus universitaire axé sur cette voie si l’on souhaite un jour exercer le métier d’expert comptable. Au profit des particuliers comme des entreprises, l’expert comptable porte la casquette de conseiller. En s’appuyant sur ses connaissances, l’expert comptable fournit son assistance lorsqu’il s’agit du terrain juridique et de tout ce qui est financier. L’expert comptable ne limite pas son champ d’actions dans la vérification ou la tenue d’une comptabilité, il va avec le temps, apporter son expertise dans le domaine du conseil. Accompagnateur, c’est aussi le rôle que peut s’attribuer l’expert comptable.

accompagnateur
« Il s’agit d’un métier de support lorsqu’on parle d’expertise comptable. La finance et la comptabilité constituent des volets assez négligés dans certaines entreprises, et c’est là que l’intervention de l’expert comptable est très sollicité, mais surtout indispensable. Il favorise les échanges autour de ces domaines et celui de la fiscalité lorsqu’il est consulté. Avoir des comptes à jour et des prévisions financières à jour, avoir une gestion beaucoup plus professionnelle, constituent les atouts gagnés en collaboration avec l’expert comptable », ajoute Bruno Razananirina qui est également enseignant parallèlement à son activité d’expert comptable. Toute personne et toute entreprise désireuses d’être mieux renseignées sur tout ce qui a rapport à l’aspect financier, mérite le soutien de l’expert comptable. Plusieurs personnes s’intéressent actuellement au lancement de leurs projets d’entreprise et des dirigeants veulent développer leurs investissements. C’est l’expert comptable qui peut apporter l’appui nécessaire là où il est question de situation pécuniaire. Si devenir expert comptable est la carrière envisagée d’une personne, il lui est conseillée de découvrir dès lors les contours de la fiscalité, de la comptabilité et de la finance en général. Et il faut également retenir le rôle capital que joue l’expert comptable dans la survie même d’une entreprise.

solo ou en cabinet
« Le recours à un expert comptable ne devait pas être perçu comme un facteur de coûts. Une entreprise va bien lorsque l’expert comptable en son sein fait bien son travail », précise Bruno Razananirina. Le métier apporte, quant à lui, des points enrichissants intellectuellement. Au fur et à mesure que l’on se destine à exercer le métier et qu’au cours du temps on se retrouve dans une situation où l’on formule des conseils, on se rend compte du travail sérieux que l’on a à faire. Etre expert comptable peut être à la fois, dans la même journée, établir des dossiers de financement, parler de comptabilité ou même de système d’information. « Lorsqu’on avance dans le métier, on peut parler de stratégie et on n’est donc jamais dans la routine. L’expert comptable exerce une profession libérale. Cela suppose la maîtrise personnelle du temps et des tâches. L’expert comptable définit lui-même la prestation appropriée qu’il peut fournir dans une situation déterminée », poursuit Bruno Razananirina. La profession libérale qu’exerce l’expert comptable lui permet également d’envisager l’ouverture d’un cabinet. Un expert comptable peut travailler en cabinet sans que sa liberté ne soit restreinte. « Dans un cabinet d’expertise comptable, les services de commissaire aux comptes, de conseiller juridique peut être offerts. Ce n’est pas que de la comptabilité ou de l’audit financier dont les particuliers ou les entreprises ont besoin. Un cabinet d’expertise comptable est appelé à être indispensable en optant pour le full-service, c’est-à-dire se rendre utile dès qu’il est sollicité sur différents aspects », justifie le dirigeant du cabinet Etika.

parcours
L’expertise comptable est une activité exigeante doublée d’un prestige. Tout le monde peut cependant devenir expert comptable lorsqu’il répond aux exigences du corps de métier. Au préalable se trouvent la passion et le désir de se former. « À titre d’exemple, j’ai fait mes études à l’Institut national des sciences comptables et de l’administration d’entreprises (INSCAE) qui est un établissement public de formation, puis j’ai passé le concours de l’Ordre des Experts comptables et financiers de Madagascar. Par la suite, j’ai effectué mon stage en expertise comptable et c’est là qu’on commence à travailler tout en se perfectionnant le métier étant exigeant. Le cursus à suivre et l’exercice même du métier suffisent d’ailleurs à démontrer ce caractère exigeant de l’activité professionnelle de l’expert comptable. Un code d’étique et de déontologie régit l’exercice du métier et on est lié par le serment et les normes. L’expert comptable est un professionnel assermenté. Il y a certes ces contraintes, mais elles ne sont tout de même pas rédhibitoires », décrit notre interlocuteur. « Le comportement que doit avoir l’expert comptable dans l’exercice de son métier, vis-à-vis de ses confrères ou de ses clients et par rapport au public, est rappelé par le code d’étique et de déontologie. L’obligation de réserve ainsi que le respect de la confidentialité des informations qui lui sont transmises et la sauvegarde de sa propre indépendance incombent à l’expert comptable. Ce dernier ne peut pas, par exemple, travailler dans une entreprise où il a des placements financiers, où les membres de la direction font partie de sa famille. Le code d’étique et de déontologie encadre le comportement de l’expert comptable dans et à l’extérieur de l’exercice de son métier », souligne Bruno Razananirina.
« L’expert comptable est la personne qui connaît le mieux l’environnement économique », soutient le dirigeant d’Etika. En effet, il accompagne dans la négociation et même dans la structuration d’un projet ou d’une entreprise. Lorsque l’ambition rejoint l’envie de découverte, l’expertise comptable peut être le domaine dans lequel il est possible d’envisager une carrière.
Dans le monde actuel où les entreprises fleurissent, davantage d’experts comptables sont indispensables. Le milieu économique est en perpétuelle évolution et de temps à autre, des startups se créent, des sociétés s’étendent aux quatre coins du globe. Dans chaque pays, il y a une économie et ce sont les entreprises qui la font.

deux obligations
Dans un univers où la compétition est rude, chaque entreprise a nécessairement besoin d’un expert comptable. Etre expert comptable, c’est donner les conseils qu’il faut pour mieux gérer une entreprise et recourir à lui permet de voir que les pertes excèdent le coût des prestations d’un expert comptable. Ce dernier a également une obligation de formation et c’est dans ce sens que Bruno Razananirina fait office de formateur des magistrats financiers à l’École nationale de la magistrature et des greffes et enseignant permanent à l’INSCAE.

Tsiory Fenosoa Ranjanirina