Evenement

Célébration – Le nouvel an malgache – Dans la liesse traditionnelle

Portée par la persévérance d’une grande majorité de conservateurs maintenant la célébration du Nouvel an malgache s’affirme comme rassembleuse et gagne en envergure. Devenant ainsi une tradition incontournable chaque année

P­our une année faste, loin des malheurs, le tout sous le respect de nos traditions, ainsi que de nos valeurs. C’est souvent ce que l’on se souhaite lors de la célébration du Nouvel an malgache ou  Taombaovao malagasy . Valorisant avec minutie, mais aussi avec passion, les us et coutumes qui régissent notre société. C’est tout un évènement qui se découvre à chaque fois. Ayant longtemps divisé quant à la tenue et à la date exacte

Plusieurs
manifestations exceptionnelles sont prévues pour égayer la Ville des Mille

de sa célébration, le Nouvel an malgache se redécouvre cette année comme étant des plus fédérateur. Loin de créer un dilemme pour les traditionnalistes et personnalités monarchiques de chaque région du pays, mais surtout pour les astrologues. Le Nouvel an malgache convie ainsi désormais la majorité à festoyer tout en exposant la richesse du folklore et de la culture malgaches. Initié entre autres par la « Trano kolotoraly malagasy » ou la Maison de la culture malgache, il a ainsi été convenu presque à l’unanimité que les festivités se dérouleront cette année les 5 et 6 avril. Plusieurs manifestations exceptionnelles sont prévues pour égayer la Ville des Mille, mais surtout chaque région du pays pour l’occasion. Le fait est que la promotion de nos traditions se verra être particulièrement mise en avant dans chaque localité, grâce à l’entreprise et à l’investissement de chaque notable local. Ayant réussi à rassembler à ses côtés les descendants de la colline d’Ambohidrabiby, l’association « Fitohasina » et l’Assemblée des Ampanjaka de Madagascar, la « Trano kolotoraly Malagasy » promet ainsi des festivités exceptionnelles cette année. Le tout en instaurant d’une manière consensuelle et quasi définitive ces dates.

Une célébration réunificatrice

La majorité du public reste toujours aussi perplexe en se posant continuellement cette question, à quelle date se situe le Nouvel an malgache? Un sujet qui divise et dont on cherche encore et toujours la solution en se référant à l’astrologie traditionnelle malgachecertes, mais qui semble commencer à fédérer également. Ainsi, la célébration gagne en popularité et connait un franc succès, comparée aux précédentes années.
« Nous restons toujours aussi fiers de l’engouement dont fait preuve la population vis-à-vis de cette célébration, mais surtout vis-à-vis du respect de notre culture, ainsi que de nos us et coutumes. Il importe cependant que le comité d’organisation veille à bien choisir le cadre et le lieu historique propice à cette célébration commune, mais surtout du moment où nous allons le célébrer » confie Francis Razafiarison, directeur général de la Culture auprès du ministère de la Communication et de la Culture.

Une tradition une fierté

Henri Randrianjatovo, président de la Trano kolotoraly Malagasy affirme!
« Nous revendiquons avec fierté notre attachement à cette célébration, dont nous sommes principalement l’initiateur. Enfin, nous sommes tout aussi ravis de réussir cette année à faire en sorte qu’ensemble, nous puissions tous communier autour de ces festivités. Depuis chaque région, nous sommes ainsi, désormais, nombreux à célébrer à l’unisson ces dates qui nous sont propres ». Ainsi le comité d’organisation de la célébration du Nouvel an malgache prévoit de perpétuer la tradition telle qu’elle fut dans l’ancien temps en pratiquant des rites symboliques dans les endroits sacrés d’Imerina et des autres localités du pays. Du bain sacré ou « Fandroana » au « Tatao » en signe d’espérance de bonnes récoltes, le « Safo-rano misandratr’andro» ou l’eau qui bénit, le « Nofo-kena mitam-pihavanana » ou le repas unificateur, ainsi que le partage du riz cuit au lait arrosé de miel et le « Zara-hasina » pour bénir chacune des personnes présentes à cet événement, tout ce rituel va se dérouler à différents endroits.

Un programme folklorique

Des collines d’Ambohitrabiby au centre-ville, ainsi que dans les autres régions, les 5 et 6 avril, les manifestations battront leur plein, entre autres au Tahala Rarihasina à Analakely et à Mahamasina pour la ville des Mille. Suivies en début de soirée de la grande veillée, durant laquelle chaque famille dans chaque foyer est sollicitée à allumer une bougie, une flamme et des guirlandes. Perpétuant ainsi, d’une manière plus contemporaine, le rituel du « Afo tsy maty » ou flamme éternelle instaurée par les anciens.

Andry Patrick Rakotondrazaka
Photos l’Express de Madagascar