#1 Actualites En couverture

Gouvernement : Des maillons faibles

Chaque Conseil des ministres peut désormais réserver de mauvaises surprises pour les membres du gouvernement. Le président de la République Andry Rajoelina a sonné la fin de la recréation.

Il en a assez de tout gérer. Le président de la République Andry Rajoelina a mis un terme à cette espèce d’impunité des responsables ou irresponsables dans l’incapacité de mener à bien les missions qui leur incombent. La foudre présidentielle a déjà frappé Vonjy Andriamanga, empêtré dans la pénurie d’eau persistante, le choc pétrolier inattendu  et les coupures intempestives de l’électricité alors que tout le monde  pensait en avoir fini avec  le délestage. Vonjy Andriamanga, avec un CV bien étoffé, centralien de son état, un des concepteurs  de l’Initiative pour l’émergence de Madagascar, a été remercié au nom de l’efficacité ou l’inefficacité dans ses actions qui ont eu des impacts négatifs sur la vie au quotidien des Malgaches.  Maintenant, aucun membre du gouvernement n’est plus à l’abri de la même punition.  À commencer par Richard Randriamandrato, ministre des Finances, du budget et de l’économie. Il aura la lourde charge de présenter le projet de loi de finances initiale pour 2020. Une grande première pour lui. Depuis son ascension, sinon son accession à ce poste d’une importance capitale, il a pu bénéficier des résultats obtenus par ses prédécesseurs. Comme les reliquats des tranches de la Facilité élargie de crédit, FEC, d’un montant total de 310 millions de dollar, acquis par le régime HVM auprès  du Fonds monétaire international, FMI. Qui attend avec impatience les grandes lignes du Budget 2020 avant de se prononcer sur la suite du programme.

 attention

Quand bien même, Marc Gérard, son représentant résident, à travers des sorties médiatiques, a émis des réserves sur des points sensibles. Pour ne citer que cette velléité manifeste  de l’État à importer du carburant sans passer par le canal de distribution tenu par les pétroliers. Une réponse immédiate suite à la perturbation de distribution du sans-plomb 95 dans la capitale et dans certaines villes du pays. Richard Randriamandrato doit ainsi convaincre aussi bien les députés que les partenaires techniques et financiers du bien fondé de ses arguments. Sur le timing, Christine Razanamahasoa, présidente de l’Assemblée nationale, dans son discours inaugural de l’actuelle session ordinaire consacrée à l’examen de ce projet de loi de finances, a sollicité le gouvernement à remettre sa copie le plus tôt possible.  Le principal concerné a aussitôt obéi en déposant le 31 octobre son devoir à la maison. Il n’a pas attendu   les  derniers  jours de la session. Avant  les fêtes de fin d’année. À un moment où les députés auront déjà l’esprit ailleurs et ont  adopté les propositions gouvernementales à la va-vite. Comme ce fut le cas durant la législature des mallettes où les pantins du HVM ont imposé leur règle d’or. L’adoption sans amendement. Richard Randriamandrato a intérêt à se méfier après l’éviction du gouverneur de la Banque centrale, Hervé Rasolofondraibe.

Celui-ci a pourtant pu comprimer le taux d’inflation en glissement annuel en-dessous des 7%, du moins sur le papier car dans la réalité des ménages à faibles revenus souffrent de la hausse des prix des produits de consommation courante. Une performance méritoire avec l’émission degrosses coupures de 20 000 ariary aux couleurs du HVM. Ce type de procédé a toujours abouti à des dérives inflationnistes dans plusieurs pays africains.

Objectifs

Comme au Zimbabwe sous le joug de  Robert Mugabe où il a fallu un million de dollar zimbabwéen pour s’acheter un poulet de taille moyenne. Madagascar vit ainsi une période charnière avec ses principaux bailleurs de fonds. Richard Randrimandrato doit concilier les chiffres du cadrage macro-économique classique, les dernières notes de la Banque mondiale ont laissé entrevoir des pistes de réflexion,  à ceux des objectifs de l’IEM. Car 2020 sera déjà l’année de concrétisation des engagements présidentiels. L’erreur serait de tout confondre dans un souci permanent de trop bien faire. L’autre ministre en mauvaise posture peut-être Alexandre Georget qui s’occupe de l’Environnement et du développement durable. L’avancée des feux de brousse intensifie cette vague de chaleur sans qu’il soit en mesure d’éteindre ces brasiers qui touchent des parcs nationaux censés être protégés. Font face à des flux migratoires des plus douteux et suspects. Pour sa défense devant le Sénat, Alexandre Georget a désigné la cuisson des briques comme à l’origine de cette pollution ambiante. Une pique à peine voilée pour des habitants d’Ambohitrimanjaka, hostiles au projet Tanà-Masoandro, mais qui vivent de la briqueterie. Auparavant, Alexandre Georget a fait parler de lui par des nouvelles dispositions contraignantes sur les exportations de l’huile essentielle ayant fait perdre du temps et des millions de dollars   aux professionnels de cette filière florissante. Il a aussi interdit l’utilisation des bois précieux, le palissandre en l’occurrence, pour la fabrication des meubles. Ce qui a laissé… sur le carreau de nombreux  menuisiers  habitués à utiliser cette matière première. D’autres membres du gouvernement sont attendus de pied ferme par des députés « frondeurs ». Leur évaluation a eu lieu plus tôt que prévue. Ils sont en sursis en espérant… la grâce présidentielle 

Add Comment

Click here to post a comment