Actualites Politique

À l’emporte-pièce

• De toit à moi

Chaque année, Madagascar célèbre la Journée mondiale de l’habitat. Les responsables, dans leurs discours bien ficelés et superficiels, incitent et invitent tout un chacun à bâtir des logements décents suivant les normes techniques requises. Tout en sachant que la majorité ne peut pas se conformer à ces exigences. Tout le monde sait et personne n’ignore que la plupart vivent dans la promiscuité absolue, entassés dans des taudis, des baraques de bric et de broc, à peine debout, propices aux relations incestueuses. Le programme de 35 000 logements sociaux de Didier Ratsiraka, difficiles à rentabiliser, s’est vite transformé en projets immobiliers de luxe. Des villas huppées et des appartements de haut-standing foisonnent ici et là. Loin des préoccupations sociales du grand nombre.

• Méritées

Des esprits chagrins ont reproché à la Confédération africaine de football, CAF, présidés par leur « concitoyen » Ahmad, d’avoir infligé des sanctions au stade de Mahamasina, à la suite des bousculades à l’entrée du match Madagascar-Sénégal, le 9 septembre, qui ont tué une personne et blessé quarante sept autres. Mais les instances internationales du ballon rond ne peuvent pas tolérer une telle irresponsabilité et incompétence. À la limite, la CAF était encore clémente dans son verdict. Car l’état lamentable de la pelouse suffit à motiver une suspension encore plus lourde. Mais qu’a donc fait Lalao Ravalomanana, une femme « obsédée » par le travail ?

• Opportunités

Une aubaine pour les candidats à la présidentielle. Les Journées mondiales de la jeunesse ? JMJ, une invention du Pape Jean-Paul II, se tiennent à Mahajanga en pleine campagne électorale. Cinquante mille pèlerins y sont attendus et les donations en tous genres, vivres, toilettes publiques, casquettes et tee-shirts, seront reçues à bras ouverts. Les plus généreux auront des récompenses au soir du 7 novembre. Ce rassemblement constitue un vivier inépuisable de voix… pénétrables.

• Bilans

Ceux qui « travaillent » d’arrache-pied pour faire reluire l’image du candidat Hery Rajaonarimampianina, souillée de critiques, préconisent de lire son bilan. D’accord, mais Philibert Tsiranana n’a-t-il pas rehaussé le niveau de vie des Malgaches parmi les meilleurs du continent africain, mais une expression déplacée prononcée depuis le centre thermal de Ranomafana, l’a fait tomber de son piédestal. Tel un tsunami. Hery Rafalimanana, en 2007, alors président de la Délégation spéciale de la commune urbaine d’Antananarivo, avait rendu sa dignité à la capitale. Mais Andry Rajoelina, qui n’avait rien proposé, l’avait battu à plate-couture aux élections municipales. Didier Ratsiraka a philosophé. Les Malgaches ont l’oubli facile.

• Perturbations

Les réformes du calendrier scolaire entamé par le ministre de l’Éducation nationale, Paul Rabary, ont abouti à une confusion indescriptible. Les uns entament déjà la nouvelle année académique, les autres sont en vacances, beaucoup finalisent leurs inscriptions et réinscriptions, alors que ceux des classes terminales attendent avec angoisse et anxiété les résultats du baccalauréat. Va-t-on poursuivre les transformations du secteur éducation financées par la Banque Mondiale ?

Pili-Pili