#1 Actualites

À Madagascar – Le Pape François en terre promise

Les Malgaches, en général, et les catholiques en particulier, commencent à s’impatienter pour accueillir dans la foi, dans la joie et l’allégresse le pape François. Trente ans après la venue de JeanPaul II, c’est un événement tout à l’honneur du président de la république Andry Rajoelina et du peuple malgache.

U ne aubaine divine. Au moment où ils en ont le grand besoin, le pape François va bénir les Malgaches et leur président Andry Rajoelina. Une telle opportunité ne se présente pas deux. Il faudra la vivre avec intensité. Et que Dieu soit loué. Madagascar est de nouveau en odeur de sainteté avec le Vatican. Après des années de brouilles et d’incompréhensions avec des personnalités plus ou moins encombrantes du régime HVM. L’animosité entre les deux parties a atteint son paroxysme lors de la béatification de Lucien Botovasoa en avril 2018 à Vohipeno où le président de la république de l’époque, Hery Rajaoanarimampianina, a été brocardé par les fidèles venus en masse pour la cérémonie, avant d’être privé de pupitre. Il a évoqué des incidents diplomatiques dans la presse. Mais depuis l’accession d’Andry Rajoelina à la magistrature suprême, les relations entre Madagascar et le Vatican sont plus apaisées, saines et sans équivoque.

Cordialités

Le contraire aurait étonné. Pour de multiples raisons. Le Chef de l’État Andry Rajoelina est de confession catholique. Il a célébré son mariage avec Mialy Razakandisa à la cathédrale d’Andohalo, haut lieu du catholicisme malgache. Ce qui a contribué et facilité une compréhension mutuelle. Durant la Transition, l’ensemble de la communauté internationale a sanctionné le régime présidé par Andry Rajoelina. Mais le pape François l’a reçu au Saint-Siège. Comme pour l’adopter et le prendre sous Trente ans après Jean Paul II les Malgaches verront un autre pape sa protection face à l’hostilité des autres. Au nom de la tolérance et de la dignité humaine. Deux parmi tant d’autres valeurs défendues par le Pape François. Une solide amitié venait de naître entre les deux hommes. Avec des similarités dans les points de vue et les convictions.

Pour son passage à Madagascar, il va prôner, émettre, diffuser et répandre un message « de paix et d’espoir ». Tout en encourageant les Malgaches à consolider l’édifice de leur foi inébranlable, et à préserver comme la prunelle de leurs yeux les richesses naturelles, des dons du ciel, de leur pays. Ils ont déjà démontré cette capacité inouïe à surmonter les pires difficultés lors de la dernière présidentielle.

Où l’aspiration au changement a triomphé des obstacles, des rivalités sournoises et de la haine viscérale, au nom de la politique politicienne. Suivant le leitmotiv avancé par le candidat Andry Rajoelina selon lequel « le plus grand c’est l’amour ». « La paix et l’espoir » mis en avant par le pape François s’inscrit ainsi dans le creuset des préceptes développés et semés par le président de la république Andry Rajoelina. Qui, au regard du choix des Malgaches à la présidentielle, incarne ces volontés du Souverain Pontife. Ses compatriotes aspirent à vivre dans la sérénité et voient en lui l’avenir d’une vie meilleure qu’auparavant.

Renaissances

Comme celle des habitants d’Akamasoa du père Pedro, un ami personnel du Chef de l’État Andry Rajoelina, à qui le pape François va rendre visite sur les collines de l’espoir. Il aura à rencontrer ainsi un ami commun et un ressortissant argentin comme lui. La réussite de l’insertion sociale engagée par Père Pedro vaut la reconnaissance internationale et pourra lui valoir, un jour peut-être, le Prix Nobel de la paix. Il a récupéré des indigents, vivant dans la misère et le dénuement le plus total, à côté des bacs à ordures, pour les transformer en citoyens normaux et fiers de l’être. Pour un miracle, difficile de trouver mieux. Dans son programme, le Pape François aura aussi une rencontre avec la jeunesse malgache dans la soirée de samedi à Soamandrakizay. Une occasion d’échanges et de discussions avec des jeunes à l’image même du président de la république Andry Rajoelina qui cristallise des légitimes espérances. Un atout qui a fait la différence lors du second tour de la présidentielle.

ManŒuvres

En parallèle de cet aspect politico-religieux, les divers travaux d’aménagement effectués dans un laps de temps assez court par le pouvoir central pour rendre agréable et sans anicroche le séjour du pape François, ont démontré le savoir-faire et la maîtrise de la situation par le président de la république Andry Rajoelina. Il a tenu à suivre, d’un bout à l’autre, le début et la finition du chantier ouvert à Soamandrakizay où la messe grandiose sous l’égide du Pape François aura lieu ce dimanche. Du terrain vague couvert de broussailles, ont émergé des installations et infrastructures bien ficelées. Comme des empreintes indélébiles laissées par le passage du Pape François. Un bel héritage aussi pour les futures générations.