Ils ont marqué la semaine

Rivo Rakotovao – L’héritier

La démission est  venue là où les manifestants pour le changement l’attendaient le moins. Celle de Rivo Rakotovao qui a abandonné les rênes du HVM. Une décision aussitôt interprétée comme une préparation à ses futures fonctions. En tant que président du Sénat,
il assurera l’intérim du président de la République si celui-ci se présente à la course à la magistrature suprême. Selon toute vraisemblance, tout va se passer ainsi. Rivo Rakotovao devra dissocier les préoccupations d’un parti à celles du chef
de l’État, suivant les obligations constitutionnelles y afférentes. Pour une fois, le HVM se conforme aux dispositions de la Loi fondamentale sur une question aussi importante, sans demander l’avis de la Haute cour constitutionnelle. Sans pour autant apaiser
les opposants. Des dérives totalitaires de la part de ses sbires ont été enregistrées ces derniers jours. À l’origine de la crise politique actuelle.

Monja Roindefo-Inquiet
Sans trop y croire, mais ira néanmoins à la bataille présidentielle. Monja Roindefo, président national du Monima, parti nationaliste fondé par son père, Monja Jaona, reste fidèle à la ligne politique du Monima canal historique. Il est convaincu que cette élection imposée par la communauté internationale n’apportera aucune solution aux difficultés vécues au quotidien par les Malgaches. Pire, ce scrutin risque d’empirer la situation, selon ses prévisions. Car il estime que les conditions pour obtenir un verdict des urnes équitables sont floues. Monja Roindefo a écrit au président de la Commission électorale nationale indépendante, CENI, pour que le Conseil des partis politiques africains, CAAP, soit accepté parmi les observateurs des élections. Dans le passé, Monja Roindefo n’a recueilli que des miettes de voix lors de la présidentielle. Il a été nommé Premier ministre du Treize-Mai le 7 février 2009 par Andry Rajoelina. La prise du palais d’Ambohitsorohitra a tourné au carnage.