Actualites Culture

Art oratoire – Mino Antenaina Rabary l’étoile montante du « kabary »

Mino Antenaina Rabary, une jeune pousse parmi des tribuns chevronnés

En toute modestie, Mino Antenaina Rabary se considère comme un « rhéteur en herbe »

Qu’est-ce qui vous a attiré dans l’art du « kabary »?
L’art du « kabary » est une colonne vertébrale dans ma vie quotidienne. D’abord, c’est une discipline scolaire à part entière et incluse dans la matière obligatoire de mon école. Ensuite, mon professeur de « kabary » est très sympa et cool. Et enfin, je voudrais honorer ma langue maternelle. Je ne suis pas  seulement un « porte-parole » d’un grand nombre de gens, je danse aussi, et j’ai quelques connaissances en arts martiaux, comme le karaté.

Comment êtes-vous arrivée à gagner le premier rang de votre catégorie? 
Il y a vraiment eu du travail personnel, entre autres améliorer d’anciens textes, les mettre au goût du jour, selon ce qui se passe actuellement et selon les styles plus contemporains. Je me suis vraiment entraînée dans les gestuels sur scène, un de mes points faibles auparavant. J’ai aussi travaillé mon souffle, l’articulation et l’élocution, et aussi la mémorisation des textes. Grâce à diverses astuces que j’ai apprises de mon professeur, je peux pratiquer quelques exercices pour m’améliorer et le côté scénique dépend de chaque texte.

Racontez-nous l’ambiance qui a régné pendant la formation donnée par le Fimpima?  
Tout s’est bien passé durant ces dix mois d’étude. J’ai vécu une bonne ambiance car j’ai  toujours été soutenue  par mes amis et ma famille. En outre, j’ai eu l’occasion de rencontrer d’autres orateurs qui ont véhiculé d’autres styles. C’était
inspirant et merveilleux. Aussi, tiens-je à remercier l’association Fimpima (Association des orateurs malgaches) qui m’a ouvert l’accès au monde des grands rhéteurs. Pratiquant la langue « malagasy », ils mettent en avant la richesse de notre vocabulaire ancestral tout en ambitionnant de sauvegarder nos valeurs et de transmettre notre langue commune.

Selon vous, comment se présente aujourd’hui le monde du « kabary »?
Au début, cet art a été réservé aux anciens, c’est-à-dire des hommes qui ont les cheveux blancs. Actuellement, beaucoup de jeunes s’initient de plus en plus à cet art. Auparavant, un jeune rhéteur qui ose prendre la parole en public, alors que des hommes plus âgés sont présents dans l’assistance, est couvert d’opprobre. Toutefois, cette littérature orale est devenue une discipline scolaire à part entière, même dans les grandes écoles post universitaires. En résumé, le « kabary » qui fut au début l’apanage exclusif des hommes âgés, au même titre que l’autorisation de planter des arbres fruitiers. Car selon une croyance malgache, si un jeune se livre à une telle action, il y a une forte chance que l’arbre lui survive et qu’il n’aura pas l’opportunité d’en manger les fruits. À l’heure actuelle, à l’instar des jeunes, des femmes commencent aussi à pratiquer ces exclusivités réservées aux doyens d’âge. Un dernière chose : il est bon de connaître les langues étrangères, mais il est préférable de bien maitriser la langue maternelle. J’encourage donc les jeunes à apprendre et à promouvoir notre identité dont fait partie le « kabary »

Perséverante

Elle a pourtant tout pour devenir une grande figure du « kabary » au-delà des frontières de son  Madagascar natal. Fervente
« mpikabary » et passionnée de la discipline, elle vient de remporter la première place dans la catégorie « Taninketsa » (pépinière), lors de la sortie de promotion du Fimpima-Antananarivo (Association des orateurs malgaches), baptisée « Rafidy Ravelomanantsoa », la semaine passée à Analamahitsy. Ce qui est déjà un grand pas pour elle. Agée de 17 ans, en classe de première, Mino possède déjà les qualités témoignant du savoir-être et du savoir-vivre réfléchis du « mpikabary », et qui font d’elle un jeune personnage digne et honorable sous plusieurs aspects.
.
 Fredo Rakotoarisoa