Actualites Le Semainier Opinions

Bons exemples

Une fameuse expression dit que les jeunes d’aujourd’hui seront les responsables de demain. Des élèves des éco-écoles (collèges et lycées) montrent actuellement le bon exemple sur l’exploitation de nouvelles énergies, dont celles renouvelables. Avec un petit coup de pouce, de jeunes Malgaches font preuve de bonnes initiatives et se lancent dans des projets qui consistent à protéger l’environnement et à améliorer les conditions de vie de leur entourage.

Le lycée Andrianampoinimerina de Sabotsy-Namehana en a fait l’expérience. Avec l’aide d’un professeur de physique-chimie, des élèves ont ébauché un projet de recyclage de déchets organiques produisant du biogaz pour éclairer leur école et pour la cuisson dans les ménages. En marge d’un concours organisé au niveau de la Commission de l’océan Indien, les ambassadeurs malgaches ont remporté le premier prix, un chèque de 3 000 euros. L’établissement scolaire contribue déjà à la réduction de la déforestation car il limite la consommation de bois énergie, participe à la promotion de l’assainissement avec la collecte des déchets et leur recyclage, et améliore en même temps les revenus des familles car ces dernières dépenseront moins en économisant avec
l’utilisation du biogaz.

Madagascar National Parks et ses partenaires mettent en œuvre le programme éco-écoles favorable à l’éducation pour le développement durable et le changement de comportement. Ils soutiennent ainsi trente-sept écoles à travers toute l’île.

Les établissements qui confirment leur engagement et qui partagent leurs bonnes pratiques et expériences ont parfois l’opportunité de concourir au niveau international. Plus elles remplissent les critères de sélection et innovent, plus elles ont la chance de décrocher des médailles et le label « green flag » au final.

Les éco-écoles connaissent plus qu’une aventure dans ce programme. Les élèves se connectent avec la Nature et ils évoluent dans un monde qui les met en réseau avec d’autres éco-écoles. Les liens se raffermissent, les connaissances s’enrichissent, les échanges se multiplient. Si toutes les écoles malgaches adhèrent au contenu du programme, même sans financement, la Grande île aspirera à un nouveau souffle en misant sur les énergies renouvelables, et vivra réellement un développement durable.