Actualites Alternative

Écotourisme – Les parcs nationaux garantissent la durabilité écologique

Madagascar dispose de toutes les ressources potentielles pour faire avancer à la fois le tourisme et l’économie. L’existence des parcs nationaux est un atout majeur car ils contribuent à la promotion du tourisme écologique et durable.

Le tourisme au service de l’environnement. Des touristes étrangers viennent visiter la Grande île afin d’apprécier les lémuriens, les sites balnéaires, les Tsingy… Depuis quelque temps, différents acteurs emploient le terme « écotourisme » pour répondre aux besoins du tourisme durable qui se penche sur le développement économique, social, culturel tout en respectant la dimension environnementale et surtout les communautés locales.

Madagascar national parks (MNP) veille actuellement à ce que l’écotourisme se développe réellement dans le bon sens. Cette association valorise les aires protégées qui permettent le partage équitable des bénéfices. Étant membre de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), MNP gère quarante-trois parcs nationaux et réserves dont certains classés Patrimoine mondial de l’Unesco, Sites Ramsar et Réserves de biosphère. Le concept de base met en relief le touriste, les produits recherchés autour desquels gravitent l’image éthiquement correcte, le respect de l’homme et de l’environnement, l’honnêteté qui se réfère à la transparence et l’intégrité, ainsi que la solidarité qui prône la conscience de l’intérêt collectif.

L’écotourisme devient alors un produit d’appel pour la destination Madagascar car le tourisme figure parmi les premiers secteurs qui génèrent des devises. Les touristes étrangers s’intéressent de près aux circuits écotouristiques incluant le birdwatching et le trekking. Dans les parcs, plusieurs activités sont possibles comme les classes vertes, l’éductour, les séjours en camping, dans les gîtes et bungalows, l’échoshop, le tournage de vidéo et la photographie…
MNP adopte plusieurs stratégies, à savoir l’amélioration de la qualité de services au sein des parcs nationaux, le renforcement de la visibilité au niveau international et national et la pérennisation financière. « Nous mettons en place un mode de paiement moderne de ticket d’entrée par le Terminal de paiement électronique et par mobile banking. Nous proposons des offres et produits écotouristiques diversifiés ainsi que de nouveaux circuits attractifs.

Stratégies

Nous élaborons également une stratégie marketing pour la promotion de l’écotourisme et des marchés prioritaires potentiels et nous développons un plan de communication axé spécialement sur la relation avec les médias et la presse, la gestion des conflits avec la communauté et une communication proactive face aux diverses pressions », explique le Dr Mamy Rakotoarijaona, directeur général par intérim de MNP.

Les différentes activités au niveau des parcs visent à augmenter de manière importante les recettes annexes des différents marchés, à développer des produits dérivés à travers les écoshops, de les mettre en concession et partenariat avec les investisseurs touristiques potentiels. En 2018, les parcs nationaux ont enregistré deux cent mille visiteurs dont cent cinquante mille touristes internationaux. Une tendance positive a été notée au niveau des parcs Bemaraha (+36,46%), Isalo (+36,66%) et Ranomafana (+29,83%).

Farah Raharijaona