Sport

Jeux des îles de l’océan indien 2019 – Les chercheurs d’or

Les chances de médailles de Madagascar durant les Jeux des iles de Maurice cette année sont
réduites. L’absence de la lutte, du karaté, du taekwondo, de la pétanque et du tennis reste
une raison suffisante pour expliquer ce constat

Soyons réalistes.
Madagascar s’est engagé à jouer la dixième édition des Jeux des îles de l’Océan indien (JIOI) qui se joueront
à Maurice du 19 au 28 juillet. Ici, quand on parle de « jeux », c’est directement l’Etat qui prend tout en charge et de ce fait, l’objectif est fixé par le ministère de la jeunesse et des sports.
Le ministre de la jeunesse et des sports Roberto Tinoka Raharoalilala a clairement spécifié que Madagascar brillera à Maurice durant les JIOI quand il a pu démarrer officiellement le début de regroupement des athlètes concernés au Palais des sports de Mahamasina il y a trois semaines.
Pour quelques simples raisons, Madagascar est déjà prédestiné..au mieux à une troisième place au classement général. La première raison demeure d’abord le choix des disciplines en jeu. Madagascar est déjà handicapé par l’absence de la lutte, du karaté, de la pétanque, du taekwondo et du tennis qui a fait une razzia durant les derniers JIOI de la Réunion en 2015 en raflant cinq médailles d’or sur les cinq en jeu.

Technique
La seconde raison est purement technique dans le sens où, dans certaines disciplines, les performances des athlètes malgaches sont bien devancées par celles des îles sœurs comme la Réunion, Maurice et même les Seychelles. On parle ici de la natation par exemple où quelques 57 médailles sont en jeu. En 2015, Madagascar n’a décroché aucune médaille d’or durant les derniers JIOI de la Réunion.
La natation malgache a eu une médaille d’argent sur 100 m papillon hommes par le biais de Sitraka Anthony Ralefy, deux médailles de bronze de Rasolonjatovo sur 100m dos hommes et de Lalanomena Anthony Andrianirina sur 50m dos hommes. Le badminton, tout comme le tennis de table aussi sont dominés par les Mauriciens et les Réunionnais.
Il faut signaler quand même l’effort entretenu par les nageurs malgaches eux-mêmes. On salue ici spécialement
le nouveau record de Madagascar de Andoniaina Francky Ramiakatrarivo sur 50m nage libre obtenu ce week-end
durant la compétition « vive l’avenir » qui s’est tenue à l’ANS Ampefiloha. Il a effacé le record de Madagascar de
Richard Randrianandraina de 24’’57 sur cette distance en 2004 et l’a amélioré en 24’’44.

Retard
Depuis 1979, Madagascar s’est classé deux fois, premier au classement général des médailles en 1990 (3e édition) et en 2007 (7e édition) à Antananarivo. Après Madagascar a été absent pour la première édition, mais a terminé troisième quatre fois (2e, 4e, 5e et 8e édition), et quatrième deux fois (6e et 8e édition).
Pour tenter d’avoir une autre troisième place à Maurice au classement général des médailles, Madagascar devra
vraiment compter sur ses athlètes, ses haltérophiles, ses boxeurs et judokas mais aussi sur tous les sports collectifs comme le basket-ball, le rugby à VII, le football et le volley-ball.

Dina Razafimahatratra 

Editorial