Politique

Abrogations sans nominations – Vide greniers dans les ministères

Eric Narivony Rabenja, ex DG de la Douane et Yourri Garrisse Razafindrakoto ex-DG des Impôts des compétences encore non remplacées

Quand il y a changement de président ou changement de régime, une nouvelle équipe sera placée
dans presque toutes les administrations publiques, la primature en tête. Pour l’instant, plus d’abrogations que de nominations ont été effectuées

La constitution de la IVème république stipule dans son article 54 que « Le président de la république nomme le premier ministre, présenté par le parti ou le groupe de partis majoritaire à l’assemblée nationale, il met fin aux fonctions du premier ministre, soit sur la présentation par celui-ci de la démission du gouvernement, soit en cas de faute grave ou de défaillance manifeste. Sur proposition du premier ministre, il nomme les membres du gouvernement et met fin à leurs fonctions. » L’installation d’un nouveau président de la République ou d’un nouveau régime rime avec changement du chef de l’administration.

balayage

Il est, d’une part, tout à fait indiscutable, et c’est précisé noir sur blanc dans la Constitution, que c’est le président de la République qui nomme le premier ministre. La question se posera lorsque la majorité à l’assemblée Nationale sera connue à l’issue des élections législatives qui se tiendront le 27 Mai 2019. Christian Ntsay, devra-t-il s’inquiéter ? Jusqu’ici la balle est toujours dans le camp du parti Miaraka amin’i Prezida Andry Rajoelina (MAPAR). D’autre part, concernant les hiérarchies ou les staffs des ministères, en passant par les institutions ou les organes rattachés à la présidence et la primature, le souffle du vent est remarqué. Depuis l’arrivée au pouvoir du président Rajoelina, ce balayage à la vitesse grand V a commencé, certes c’est son droit le plus absolu toutefois force est de constater qu’il y a plusieurs secrétaires ,directeurs… qui ont été limogés pourtant jusqu’à maintenant beaucoup de postes sont vacants. La question qui se pose est de savoir : Jusqu’à quand le silence du régime par rapport à ces différents postes inoccupés ?

La question qui se pose est de savoir : Jusqu’à quand le silence du régime par rapport à ces différents postes inoccupés

Editorial