Actualites Social

Rentrée scolaire – Casse-tête avant l’heure

Il faut s’y mettre. Alors que l’année scolaire 2018-2019 n’arrive pas encore à son terme que déjà les parents se donnent la peine de prospecter les fournitures, le nouvel établissement et régler les frais généraux ainsi que la ré- inscription s’ils décident de laisser leurs enfants dans la même école. L’heure de la gymnastique financière sonne déjà et certains parents vont devoir sacrifier les vacances pour pouvoir joindre les deux bouts et payer les frais scolaires. « Cette année, je consacre la somme d’au moins 200 000 ariary pour la réinscription, la première mensualité et les premières fournitures puisque l’école de ma fille exige les cahiers en grand format et ceux de 200 pages. Je crois qu’il y aura d’autres surprises et il faut tout prévoir », témoigne Claudine Ramanantenasoa, épicière.

Le calendrier scolaire a suscité de vives discussions sur la toile et même en tête-à-tête. Les parents craignent que leurs enfants ne deviennent les cobayes d’un programme pilote et si celui-ci échoue, le retour à la case départ est inévitable. « Avec le calendrier scolaire de cette année, les parents et les enfants sont vraiment perdants. Nos enfants ont étudié pendant plus de neuf mois, ce qui nous coûte une mensualité de plus. L’année scolaire de l’école de mes enfants se terminera fin août et attaquer la nouvelle année scolaire dès octobre ne laisse pas aux parents, aux tout petits et à ceux en classes d’examen, le temps de souffler. Nous allons juste régulariser la réinscription et l’achat des fournitures se fera petit à petit », déplore Vony Rahelimanana, secrétaire.

Certains parents ne comptent plus les dépenses sachant qu’ils doivent s’ac- quitter de n’importe quel frais afférent à la scolarité. « Je paie les mensualités à l’avance. Pour la nouvelle année, je peux maintenant me concentrer sur les fournitures scolaires. Question vacances, mes filles n’en font pas un problème. Mon mari et moi leur avons expliqué que nous partirons lorsque les moyens financiers nécessaires seront réunis et elles comprennent la situation », partage Vololona Ralaimidona, mère de deux filles.

La chasse aux fournitures commence. Si les uns collectent en détail les cahiers et les stylos en comparant les prix auprès des commerçants, les autres attendent les soldes chez les grossistes dans le but de ramener à la mai- son de gros lots et à moindre coût.