Découverte

Région – Ankililoaka terre d’abondance

La réhabilitation des 107 km de la RN9 reliant Toliara à Analamisampy dans le district de Morombe contribue visiblement à l’amélioration de la vie quotidienne des communautés riveraines. Ankililoaka, commune phare en production agricole peut témoigner de quelques changements. Divers produits sont disponibles malgré des problèmes de débouchés et d’organisation paysanne

Les comerçants de rue prolifèrent sur la RN9, notamment aux arrêts
de taxi-brousse

Située à 75 km de Toliara, Ankililoaka se fait en quarante minutes en 4X4 au départ de la cité du soleil. La route est bitumée et la chaussée est suffisamment large, justifiant la vitesse des véhicules circulant ou faisant le va-et-vient entre Toliara et les localités desservies par la RN9. « C’est une bonne chose d’avoir des routes goudronnées, on a vite oublié la poussière qui a été notre compagne quotidienne depuis des années » témoigne Rasoazay, épicière à Ankililoaka. Les taxi-brousse, en grande partie, des mini-bus de marque Mazda effectuent le trajet en une heure et demi ou deux heures avec les arrêts fréquents. Ces véhicules de transport de personnes effectuent des détours jusque dans les villages intérieurs et non seulement ceux qui longent la RN9.

Les légumineuses
sont des produits phares
d’Ankililoaka

Jour de marché
Vendredi. Ankililoaka devient le centre du monde des communes et villages environnants. Le gobelet de riz s’achète à 400 ariary. Ankililoaka, en effet assure la production rizicole de la région Sud-ouest. Il est possible de récolter trois fois par an. « Seulement, cette année, la récolte n’est pas bonne car les riziculteurs font face à la sècheresse. De plus, la réhabilitation et la mise en place de canaux d’irrigation avec les Chinois, dérangent l’approvisionnement en eau dans les rizières » raconte encore Rasoazay. Nombreux se sont reconvertis en commerçants ou mobilisateurs dans les divers organismes non gouvernementaux car la rentabilité rizicole est trop aléatoire. La commune est également reconnue en culture de lentilles, pois de cap, haricots secs.

Les viandes de chèvre
sont les plus consommées dans la région Sud-ouest

Des chèvres et encore des chèvres

Le jour de marché est le moment idéal pour vendre les chèvres. Les éleveurs disent avoir abandonné le commerce de zébus depuis que l’insécurité sévit. Les chèvres circulent avec les hommes dans la commune d’Ankililoaka. Un jeune adulte se vend à partir de 60 000 ariary. La viande de chèvre est très prisée laissant en dernier lieu la viande de zébu ou celle du porc. Des « patrons de chèvre » gagnent beaucoup dans le business de chèvres car nombreux envoient du cheptel jusque dans la région Sofia ou encore Diana.

Rasoazay, une rizicultrice
qui s’est convertie en épicière

Vie sociale très active

Le lycée catholique d’Ankililoaka est très animé pendant les récréations. L’établissement est une référence locale et régionale en éducation. Diverses activités sont organisées. Il abrite aussi une radio locale « La Radio Mazava » qui peut être captée jusqu’à une cinquantaine de kilomètres aux alentours, voire plus.

Le coton subit quelques problèmes d’organisation
au niveau des producteurs

Du fil à retordre pour le coton

Ankililoaka et ses environs sont les principaux producteurs de coton de la grande île. Depuis cinq ans, des ONG se mobilisent pour appuyer l’organisation paysanne dans la chaîne de la filière. « Les paysans producteurs deviennent impatients et vendent au plus offrant, dérangeant ainsi toute une organisation déjà bien rodée. Malgré des contrats déjà engagés avec telle société par exemple, nombreux vendent quand même à celles qui offrent un meilleur prix » explique Heritiana, mobilisateur. La nouvelle approche consiste à appliquer une restructuration totale et les appuyer dans de nouvelles techniques de labour. La production est estimée à 6000 tonnes seulement pour 11 000 tonnes du temps de la HASYMA.

Manombo oubliée

La commune de Manombo se trouve sur le chemin menant à Andavadoaka (située à 125 km de la route nationale 9 vers le nord ouest). Andavadoaka est reconnu mondialement pour ses belles plages et ses eaux turquoises. Une piste rurale de 12 km permet de rejoindre Manombo en partant de la RN 9, 25 km avant d’arriver à Ankililoaka. Les bâtiments sont vétustes et délabrés, laissés à l’abandon depuis trop longtemps. Le président du conseil communal de la commune de Manombo positive. « Un projet de GIZ électrifiera la commune d’ici le 26 juin. Ce qui améliorera de beaucoup notre situation économique et sociale » explique-t-il. Manombo est surtout une commune de pêcheurs.

Le jour de marché est toujours synonyme d’affluence
Des bâtiments ayant vécu longtemps à Manombo
mais qui n’ont jamais connu la moindre reconsidération

La Radio Mazava d’Ankililoaka est le media
de référence de la localité

 

Textes et photos :
Mirana Ihariliva