Sport

Karting – Nathan poursuit l’aventure avec Mach 1

Nathan Baumann sera aux commandes d’un nouveau kart Mach 1 de dernière génération.
Sa nouvelle machine a été présentée à la presse, la semaine dernière

C’est la nouvelle étoile montante. Nathan Baumann disputera sa deuxième saison en catégorie Elite, cette année, en championnat de Madagascar de karting rotax.
Le jeune pilote roulera sur un Mach 1 de dernière génération. Le nouveau kart, produit en édition limitée pour
célébrer le cinquantenaire de la marque allemande, a été présenté à la presse, la semaine dernière à l’hôtel Ibis à
Ankorondrano. Il bénéficie de plusieurs évolutions. Citons notamment de nouveaux ailerons avant pour améliorer l’aérodynamisme, des jantes spéciales pour mieux chaufferles pneus, un système de freinage plus efficace et un centre de gravité rabaissé. L’ensemble est toujours poussé par un moteur Max Evo de 125 centimètres cube. « C’est ma deuxième saison en sénior. Mon objectif est d’être champion. Avec ce nouveau kart, je pourrai montrer quel pilote je suis vraiment », a confié Nathan, âgé actuellement de treize ans. « L’an passé, le début de saison a été laborieux. Ça s’est amélioré au fil des courses. Maintenant, il a beaucoup plus d’expérience. Il s’exprimera mieux avec ce nouveau kart. Je tiens d’ores et déjà à remercier nos sponsors pour ce nouvel exercice, SCB, Cimelta, Ibis Hôtel, Sidef, Batpro, Toyota Rasseta, JLJ Boutique et Otmar Dodel Architecture », a, pour sa part, souligné son père, Jorg.

Plus agressif
L’an passé, Nathan avait terminé à la deuxième place du championnat.

« C’était difficile, mais j’ai quand même réussi à tenir. Au début, j’étais un peu intimidé de rouler avec les grands. Mais au fur et à mesure que la saison avançait, je me suis dit que je pouvais rivaliser avec eux. Lors des deux premiers GP, j’ai rencontré quelques pépins. Mais après, c’était mieux et on a trouvé de meilleurs réglages », résume-t-il à propos de sa première saison. « Il me faudra être plus agressif. Je comprends mieux le fonctionnement du moteur maintenant et ça m’aide à trouver les meilleurs réglages », poursuit-il. Son père rajoute, de son côté, que « maintenant, il donne plus de feedback et parle plus avec les techniciens, ce qui permet d’améliorer encore plus
les réglages ».

Textes et photos : Haja Lucas Rakotondrazaka