Reportage

électricité – La Jirama entrevoit le bout du tunnel

Le secteur énergie est l’un des secteurs les plus problématiques du pays. Alors qu’il devrait être l’un des piliers de son développement. Un tour d’horizon s’impose pour déceler les cours-circuits

Les travaux de construction d’un barrage hydroélectrique à Farahantsana pour renforcer 
le réseau d’Antananarivo

Début des années deux mille. A l’heure où l’internet commençait à peine à se vulgariser. Les zones franches textiles étaient alors le premier système pourvoyeur d’emploi à Madagascar selon les statistiques recueillis.
Parallèlement, une jeune génération ayant vécu avec l’avènement de la technologie numérique s’ouvre vers un autre genre d’activité ayant presque les mêmes principes que la zone franche.
Le « offshoring » ou télétravail séduit un grand nombre de cette nouvelle génération diplômé en communication, en informatique et autres. Andriamihanta Ranarivonjy un jeune homme de vingt-trois ans diplômé en science de la communication de la faculté des lettres d’Antananarivo, ambitionne d’être son propre patron en s’investissant corps et âme au lancement de son propre centre offshore dans le domaine du développement de site web, rédaction de contenu et autre activités annexe.

ère nouvelle
« A l’époque, le marché était encore un boulevard, il suffisait de se pencher pour ramasser des contrats de sous-traitance. En même temps, la santé de l’ariary était bien meilleure qu’en ce moment. Cependant, comme il fallait assurer un travail en ligne avec un client qui était à dix mille kilomètres, les impératifs étaient donc dans la connectivité, mais aussi et surtout la disponibilité en tout temps. Un cas de figure difficilement réalisable dans la
mesure où les fameux délestages commençaient à miner nos vieux ordinateurs à écran CRT » ,raconte le jeune homme en enchaînant que « les coupures incessantes qui duraient parfois pendant des heures lui ont déjà valu la perte de plusieurs contrats et client juteux ». Loin de se décourager malgré tout, Andriamihanta se tourne vers l’autoproduction d’électricité en se procurant un petit groupe électrogène, pour alimenter son centre de traitement en cas de coupure. Une alternative qui revient assez chère dans la mesure où le prix du litre de carburant associé aux prix du groupe électrogène lui a privé de jouir d’aucun ariary en bénéfice, pendant tout un semestre à l’époque. Son activité survivant tant bien que mal, il s’est alors doté, depuis un an, d’un système de production d’électricité fonctionnant à l’énergie solaire. Plutôt coûteux, mais au final, lui reviendra moins chères que les litres
d’essence injecter quotidiennement dans son ancien générateur thermique.

À l’image du jeune entrepreneur avec son centre de traitement de donnée informatique, la compagnie nationale de l’eau et de l’électricité s’acharne aussi en ce moment à fournir de l’électricité de bonne qualité et respectueuse de l’environnement à ses quelques trois cent mille abonnés dans cent quatorze localités en misant sur le concept de « mixe énergétique ». Ce système, comme son nom
l’indique, combine plusieurs moyens de production énergétique pour assurer une électricité de qualité pour les utilisateurs du réseau de la Jirama. Du gasoil, en passant par le fioul lourd et le solaire, jusqu’au système hydroélectrique, la compagnie envisage à présent d’optimiser son système de production ainsi que son
réseau de distribution en appliquant un nouveau plan de redressement suivant les principes de la nouvelle politique de l’énergie adopté récemment par l’État.

Au passé
Créée en 1975, résultant de la fusion de deux sociétés qui exerçaient des activités similaires, la Société Malagasy des Eaux et Électricité (SMEE) et la Société des Énergies de Madagascar (SEM), la Jirama, depuis, due à une politique de navigation à vue, est à présent en situation de délabrement avancée. Un tour d’horizon sur l’état de santé de la compagnie nationale d’eau et d’électricité de Madagascar s’impose pour expliquer une performance qui gagnerait à être rehaussée.

En 1999, la libéralisation du secteur de l’électricité est effective. Cependant, le monopole du transport et de la distribution est appelé à rester le relais de l’État malgache dans la mise en place des infrastructures électriques du pays. Une situation qui fait presque de la Jirama la seule maître à bord dans ce secteur. Cependant, malgré ce contexte de monopole, la compagnie peine à sortir la tête de l’eau au grand dam de ses abonnées. Les coupures, délestages et autre appellation du même type empirent sans que, réellement, la compagnie puisse solutionner cette situation problématique.

Par ailleurs, vétusté et insécurité minent le système de production de la compagnie. Un état des lieux des infrastructures de la société nationale d’eau et d’électricité a été effectué afin d’évaluer les moyens à mettre en œuvre pour redresser la production de la Jirama sur l’axe sud-ouest du pays récemment par le directeur général en charge des opérations (DGOP) Henri Randriarimanana. D’après les constats, les ralentissements de performance, en ce qui concerne la fourniture d’électricité sur l’axe Antsirabe jusqu’à Morondava, en passant par Miandrivazo et Mahabo sont dus au délabrement des matériels utilisés par la société, malgré des tentatives d’entretien ponctuel effectué depuis l’installation de ces groupes électrogènes. Certains datant de l’époque coloniale et n’ayant, depuis, joui d’aucun programme de renouvellement à l’image de la centrale hydroélectrique d’Ambohimanga à Manandona Antsirabe « à peine deux cent kilowatt pour la ville d’Antsirabe. Raison pour laquelle nous sommes en train de remettre en état une autre station thermique dans la ville d’eau afin de pallier à cette faible production », selon le DGOP de la Jirama.

À présent, le redressement est en marche. Non sans mal, la Jirama tente de renverser la tendance par l’apport d’alternative moins coûteux et plus respectueux de l’environnement en termes de production énergétique. Si le plan se concrétise, les déboires de la compagnie devraient alors se conjuguer au passé.

La plage d’Ifaty, incontournable dans la région Sud-ouest

politique de l’énergie 
Selon le GRE ou groupe de réflexion pour l’énergie, « Le secteur Énergie est l’un des secteurs les plus problématiques du pays. Alors qu’il devrait être l’un des piliers de son développement ». En ce sens, le gouvernement avait adopté en 2015 une NPE censée « répondre aux défis d’urgence économique, sociale et environnementale du pays » sur la période 2015-2030.
La stratégie de mise en œuvre de la nouvelle politique fixe des défis au niveau des trois sous-secteurs que sont
la biomasse (production et utilisation), l’électricité, et les hydrocarbures selon des principes comme la valorisation du capital naturel et la préservation de l’environnement, notamment à travers l’appui à la gestion durable de la filière bois-énergie, l’accès à l’Énergie durable pour tous grâce au développement d’un plan d’électrification des communautés rurales, périurbaines et urbaines, ainsi que le recours et combinaisons de différentes technologies et systèmes d’énergies renouvelables, selon le principe du moindre coût, l’assurance d’une sécurité et indépendance énergétique
du pays à travers la diversification du mix énergétique et la réduction des importations d’hydrocarbures, ainsi qu’une exploitation des ressources énergétiques locales, notamment celles d’origine renouvelable, l’adaptation et le renforcement du cadre réglementaire et institutionnel et de l’environnement des affaires pour atteindre la vision
de la NPE, en assurant une coordination efficace entre les différentes entités impliquées, notamment les ministères associés à la dynamisation du secteur de l’énergie, ainsi que les partenaires publics et privés ou encore le financement pérenne des besoins énergétiques au moyen de mécanismes financiers portés par les utilisateurs, le secteur privé et les partenaires publics, ainsi qu’une rationalisation du budget public consacré au secteur.

Ainsi, si cette politique est scrupuleusement appliquée, le gain économique s’élèvera
à 265 millions de dollars par an en 2030 (autre que le bénéfice sanitaire difficile à quantifier), dont 232 millions de dollars provenant de mesures électriques et 33 millions de dollars de mesures thermiques. Avec une amélioration du taux d’accès à une source d’éclairage moderne de 70 %, contre 15 %
actuellement.

Les nouveaux transformateurs en cours d’installation 
un peu partout dans le pays

Alternatives 
À l’image du renforcement de la centrale hydroélectrique de Volobe pour augmenter l’alimentation en électricité de la région Est de Madagascar. Développé par la Compagnie Générale d’Hydroélectrique de Volobe (CGHV), dont les promoteurs initiaux sont Jovena et Colas (Colas Madagascar et Colas Projects), ce projet de production hydraulique  »verte », avec une puissance de 120 MW et une production de 720 GWh/an, permettra dès 2022 de se substituer à la production d’électricité à base de diesel ou de fuel lourd et générera ainsi des substantielles économies pour les coûts de production de la Jirama (Compagnie d’eau et d’électricité de Madagascar), tout en renforçant la production disponible dans la région de Tamatave. Avec plus de trois cent millions d’euro d’investissements dans les travaux dès 2019, la région d’Atsinanana percevra les bénéfices d’un grand chantier avec des retombées locales pendant près de quatre années. Une attention particulière sera apportée en amont et tout au long du projet afin de diminuer les effets des travaux sur l’environnement et les populations locales.
Ou encore la ferme solaire d’Ambatolampy avec une puissance de 20 mégawatts produits qui vient renforcer le Réseau
Interconnecté d’Antananarivo. Améliorant ainsi les offres énergétiques notamment dans la Capitale et dans la ville industrielle d’Antsirabe, mais également pour les localités environnements. Avec près de 75 000 panneaux solaires implantés sur une surface de 33 ha soit l’équivalent de 40 terrains de foot, cette ferme solaire est la plus grande dans la zone océan Indien et une des plus grandes en Afrique.

Pour progresser davantage vers la transition énergétique et pour obtenir des effets encore plus palpables sur la réduction du coût de production, d’autres projets devront être lancés et développés dans plusieurs villes de province comme pour le cas de la production en région, Miandrivazo, Mahabo, Morondava et Belo sur Tsiribihina sur l’axe d’Antsirabe à Morondava qui sont sur la liste des quarante et une ville où la production d’électricité via les centrales thermique sera bientôt hybridée avec l’énergie solaire en collaboration avec Jovena Energy. Cependant, à cause de la politique de navigation à vue, entreprise depuis toujours au sein de la société, les dégradations se sont empirées depuis plusieurs années au point de provoquer la révolte des abonnées dans certaines localités, à cause de la moindre qualité de service fourni par la société nationale. « La situation socio-économique est telle que l’électricité est devenue un privilège plutôt qu’un droit élémentaire. Allant ainsi à l’encontre de la NPE. C’est pour cela que nous tentons de planifier une politique de gestion adéquate pour la société à travers ces projets d’hybridation, ce qui n’est pas évident dans la mesure où de l’énergie issue du solaire n’est pas encore en mesure d’être parfaitement maîtrisée par nos techniciens », a conclu Henri Randriarimanana.

Le nouveau compteur intelligent

PAGOSE
Diminutif de Programme d’Amélioration de la Gouvernance et des Opérations dans le Secteur de l’Électricité, le projet, comme son nom l’indique, vise à rehausser ce secteur d’activité. D’une façon générale, ce Projet couvrira le territoire national car ses zones d’investissement prioritaires touchent presque toutes les régions de la Grande Île. Il comprend 4 composantes, mais seule la Composante 3 comprend des travaux physiques, les autres étant des composantes liées à la Gouvernance du secteur, à la planification, à la viabilisation financière et à la gestion du Projet. Elle a été préparée en tenant compte des résultats des consultations publiques menées dans
les principales zones d’action du Projet. Il sera donc à la base de la préparation de tous les Plans de réinstallation qui seront nécessaires durant la mise en œuvre dudit ProjetEn plus des activités pour répondre aux besoins à court terme du secteur notamment l’augmentation de capacité et la réduction des pertes du système électrique, l’objectif du projet est d’appuyer les efforts du Gouvernement dans l’amélioration de la gouvernance du secteur électrique pour faciliter son développement à moyen et long terme. Le renforcement de la performance du secteur est un élément essentiel du plan de relance économique du pays, car autant les particuliers que les entrepreneurs considèrent que l’électricité est une des contraintes les plus fortes au développement de leurs activités.
Avec un financement de 60-65 millions d’Usd pour trois ans, le projet entreprendra des activités autour des trois axes dont le renforcement de la planification et du développement du secteur électrique et études de viabilité financière qui concerne le financement, l’amélioration de la performance opérationnelle et de la gestion de la Jirama notamment la préparation d’un plan d’amélioration de la gestion (Pag) de l’entreprise focalisée sur la restructuration organisationnelle, l’incorporation de nouveaux outils intégrés de gestion et d’un programme de protection des revenues, et des services de consultance pour la mise en œuvre du plan et enfin l’investissement pour appuyer la mise en œuvre du plan d’amélioration de la gestion (Pag) de la Jirama. Cette composante
va financer des investissements d’urgence tels que la réhabilitation et remise à niveau d’infrastructure de transport et de distribution, et l’accroissement de la production à travers le financement de réhabilitation de centrales thermiques au fuel oil (Hfo) existantes et l’installation de nouvelles unités au Hfo. Cette composante inclurait aussi l’appui pour la conception et la préparation de dossiers d’appel d’offres (Dao) et la supervision des travaux.
L’eau et le soleil restent les meilleurs moyens de réduire les coûts et d’améliorer la productivité de la compagnie nationale d’eau et d’électricité. En ce sens, les projets d’hybridation sont déjà
en marche pour appuyer les centrales thermiques vétustes qui fournissent les utilisateurs à présent et qui sont aussi la source de leur malheur avec les coupures et autres délestages quotidiens.

Textes : Harilalaina Rakotobe
Photos: Harilalaina Rakotobe, Archive l’express de Madagascar / Presidence